Top 14: "Je veux en profiter jusqu'au bout", affirme Médard (Toulouse)

Toulouse (AFP)

Publicité

L'arrière international du Stade toulousain Maxime Médard (63 sel.), qui pourrait disputer sa dernière saison à 33 ans, "veut en profiter jusqu'au bout", et est toujours disponible pour l'équipe de France, a-t-il expliqué mardi à l'AFP.

Q: Malgré le contexte sanitaire particulier, le Top 14 a repris ses droits le week-end dernier. Est-ce un soulagement?

R: "Rien ne remplace cette pression qui monte progressivement avant un match et du coup, oui, ça nous a tous fait du bien de pouvoir rejouer. L'odeur d'un vestiaire, la concentration poussée à son paroxysme, les discours d'avant-match: c'est pour tout ça que l'on fait ce métier ! On n'a pas forcément eu peur de ne plus pouvoir rejouer mais on s'est posé beaucoup de questions quand même".

Q: Vous qui abordez votre dernière année de contrat, vous en êtes-vous posé davantage encore ?

R: "Un club c'est comme une entreprise donc quand on est en fin de contrat on se pose forcément des questions. J'ai une année en option qui sera automatiquement activée en fonction de mon temps de jeu. On verra à ce moment-là. J'ai la chance d'être encore sous contrat et je pense à tous ceux qui ont dû arrêter leur carrière sans avoir cette possibilité de continuer. Moi je suis toujours joueur et je n'ai pas envie de me dire que c'est mon dernier match à Clermont ou mon dernier truc. Je veux en profiter jusqu'au bout et ne rien changer dans mon quotidien. Les Bleus ? Non, je n'ai pas annoncé ma retraite. Pour les mêmes raisons: je suis toujours joueur et si on m'appelle je serais le plus heureux".

Q: Le Stade toulousain est-il le principal favori pour le titre de champion de France ?

R: "On n'est qu'à la première journée et il est bien trop tôt pour parler de ça. Le Stade toulousain est armé, bien sûr, mais il y a plein d'autres équipes qui le sont tout autant. C'est une saison où il va y avoir beaucoup de doublons. Plus encore que d'habitude alors qu'il devait y en avoir de moins en moins mais j'ai dû mal à comprendre. Il va falloir s'adapter à cette particularité de notre championnat et ce sera sans doute un peu plus dur pour certaines équipes à ce moment-là de la saison".

Propos recueillis par JULIEN CARRERE