US Open: qui va saisir sa chance ?

Publicité

New York (AFP)

A tournoi ubuesque, vainqueur inédit: aucun des huit joueurs encore en lice en quarts de finale messieurs de l'US Open n'a encore remporté de tournoi du Grand Chelem et seuls deux d'entre eux sont déjà parvenus en finale d'un Majeur.

En l'absence de Roger Federer (20 titres du Grand Chelem, record) et de Rafael Nadal (19), la route vers un 18e titre majeur semblait toute tracée pour Novak Djokovic... jusqu'à sa disqualification dimanche pour un geste d'humeur dans le premier set de son 8e de finale contre Pablo Carreno.

Le dernier joueur, hors Big3, à avoir remporté un tournoi du Grand Chelem est Stan Wawrinka à l'US Open 2016. Le dernier nouveau vainqueur de Majeur est Marin Cilic à l'US Open 2014.

Trois noms se détachent pour lui succéder.

. Dominic Thiem (AUT, 26 ans, 3e mondial)

Cela fait maintenant plusieurs années que l'Autrichien menace la suprématie du Big3. Bourreau de travail, le N.3 mondial se fait de plus en plus pressant et frappe de plus en plus fort, dans la balle comme aux portes d'un succès majeur. La puissance de ses coups et la lourdeur de sa balle ont déjà failli faire mouche à Roland-Garros à deux reprise, en 2018 et 2019. Seul le roi de la terre battue Rafael Nadal a su l'arrêter en finale du tournoi parisien, facilement en 2018 (6-4, 6-3, 6-2), plus difficilement en 2019 (6-3, 5-7, 6-1, 6-1). Et début février, en finale de l'Open d'Australie face à Djokovic, il a démontré qu'il était prêt à devenir, à 26 ans, le 150e joueur de l'histoire à inscrire son nom au palmarès d'un tournoi du Grand Chelem. Il a obligé le N.1 mondial, considéré comme le meilleur sur dur, à batailler cinq sets (6-4, 4-6, 2-6, 6-3, 6-4) pour décrocher son 8e trophée à Melbourne. "Que le Big 3 soit représenté ou pas, ça ne change rien pour moi. Je me concentre toujours uniquement sur mon prochain match", a-t-il assuré.

. Daniil Medvedev (RUS, 24 ans, 5e mondial)

Le Russe a fait une saison sur dur époustouflante l'an dernier qui a culminé avec son premier titre en Masters 1000 à Cincinnati, enchaîné avec une finale homérique à l'US Open où il a poussé Nadal dans ses ultimes retranchements (victoire de l'Espagnol 7-5, 6-3, 5-7, 4-6, 6-4). Désormais bien installé dans les sommets du classement mondial, actuellement 5e, il a été éliminé en 8e à Melbourne et en quart à Cincinnati. Mais à l'US Open, il a été l'un des joueurs les plus impressionnants des quatre premiers tours. Il est le seul à n'avoir pas cédé le moindre set et n'a passé que 7h28 sur le terrain. "Je joue bien, de mieux en mieux à chaque match... et j'espère que j'en jouerai sept!", a-t-il déclaré en visant ouvertement la finale.

. Alexander Zverev (GER, 23 ans, 7e mondial)

De la nouvelle génération, appelée à succéder au Big 3 dans les palmarès du tennis, l'Allemand est celui qui a été le plus rapide à éclore. Du coup, c'est aussi celui que l'on attend depuis le plus longtemps et dont on dit qu'il peine à confirmer. Monté au 3e rang mondial en 2017 (il était alors à 20 ans le plus jeune joueur à atteindre ce stade depuis Djokovic en 2007), vainqueur de trois Masters 1000 dont le premier, Rome-2017 à 20 ans (là aussi record de précocité depuis Djokovic en 2007), vainqueur du Masters de fin d'année en 2018, il n'a encore jamais vraiment brillé en Grand Chelem. Son meilleur résultat à ce jour est la demi-finale jouée en début d'année à l'Open d'Australie. A Flushing Meadows, la disqualification de Djokovic et l'élimination précoce de Stefanos Tsitsipas, autre jeune promis à une multitude de titres, lui ont grand ouvert la moitié supérieure du tableau masculin. "C'est maintenant que ça devient vraiment intéressant, a commenté Zverev après sa qualification en quarts. Je sais qui en est où dans le tableau, je sais qui je peux jouer, je sais qui les autres peuvent jouer. Nous verrons où tout cela nous mène".