Insécurité: Pécresse fustige des résultats "insuffisants" et propose des "prisons différenciées"

Publicité

Paris (AFP)

La présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse (ex-LR) a fustigé mercredi l'"insuffisance de résultats" d'Emmanuel Macron sur les questions sécuritaires, et plaidé pour des "prisons différenciées" afin de faire appliquer les peines.

"Emmanuel Macron ne fait pas une politique de droite, en tout cas pas sur le régalien", a-t-elle estimé sur Europe 1, alors que le gouvernement doit dans la journée tenir un séminaire sur l'insécurité.

"Le sujet aujourd'hui, c'est la sanction", qui est "l'angle mort de toutes les politiques de sécurité depuis François Hollande", a ajouté Mme Pécresse selon qui "il n'y a pas un sentiment d'insécurité dans le pays" mais "un sentiment d'impunité des délinquants".

"C'est sur ce sentiment d'impunité qu'il faut absolument travailler", a ajouté la présidente de la région Ile-de-France, dont le nom est régulièrement évoqué pour défendre la droite à la présidentielle de 2022.

Selon elle "les prisons aujourd'hui sont en nombre insuffisant", d'où "une situation indigne". Mais "on ne peut pas prétexter la surpopulation carcérale pour ne plus exécuter les peines", a-t-elle estimé.

Il faut "créer de nouvelles places mais il faut être créatif", a-t-elle ajouté, en plaidant pour la mise en place de "prisons différenciées" avec "des degrés de sécurité" et "des coûts différenciés", ce qui permettrait de ne pas "mettre dans les mêmes prisons des djihadistes terroristes, des caïds" ou "des personnes en infraction du permis de conduire".

Mme Pécresse a également plaidé pour "changer la doctrine d'application du bracelet électronique", afin d'"assigner à résidence des personnes" dans "des sites qui seront sécurisés a minima, et qu'on pourrait créer très vite dans des anciennes casernes par exemple".