Six mois après la mort d'un Afro-Américain dans l'État de New York, un chef de la police démissionne

Les policiers de Rochester mobilisés lors d'une manifestation, le 7 septembre 2020, dans l'État de New York.
Les policiers de Rochester mobilisés lors d'une manifestation, le 7 septembre 2020, dans l'État de New York. © Michael M. Santiago, AFP

Le chef de la police de Rochester, dans l'État de New York, a annoncé mardi qu'il quittait son poste. Plusieurs de ses hommes ont été accusés d'avoir provoqué la mort par étouffement de Daniel Prude, un homme noir, lors de son interpellation en mars 2020.

Publicité

"Je suis un homme intègre et je ne resterai pas sans rien faire quand des forces extérieures s'attachent à me discréditer". Par ses mots, le chef de la police de Rochester, La'Ron Singletary a justifié sa démission après la mort en mars 2020 d'un Américain noir lors de son interpellation, dans un communiqué publié mardi 8 septembre.

Il estime notamment que ce qui a été dit sur son manque supposé d'initiative, voire de sa prétendue tentative de couvrir l'affaire après le drame est "une présentation déformée" et qu'il est victime d'une "politisation" du dossier. Âgé de 40 ans, La'Ron Singletary, Noir également, avait été nommé, en avril 2019, chef de la police de Rochester, où il aura passé vingt ans avant de faire jouer son droit à la retraite.

Lors de l'arrestation de Daniel Prude, qui remonte à mars mais dont une vidéo a été publiée la semaine dernière, un policier appuie des deux mains sur une cagoule placée sur sa tête et l'homme finit par perdre connaissance. En proie à un épisode psychotique au moment de son interpellation, il est décédé une semaine plus tard à l'hôpital, sans jamais être sorti du coma.

Nu en pleine rue à l'arrivée des policiers, Daniel Prude n'était pas armé et a été très vite menotté, avant qu'un des officiers présents ne lui mette une capuche sur la tête pour l'empêcher de cracher sur les policiers car il disait avoir contracté le coronavirus.

Convocation d'un grand jury

Les sept officiers présents ont tous été suspendus en attendant les conclusions de l'enquête de la procureure de l'État de New York, Letitia James. Cette dernière a annoncé samedi qu'elle convoquerait un grand jury, étape préalable à une éventuelle inculpation.

L'institut médico-légal a conclu, après autopsie, que le décès de Daniel Prude relevait d'un homicide, lié à une "asphyxie consécutive à une contrainte physique".

Le scandale a entraîné des manifestations à Rochester, ainsi qu'à New York, pour réclamer que justice soit rendue et que des réformes soient entreprises dans la police de Rochester.

Le décès de Daniel Prude fait écho à ceux de George Floyd ou Breonna Taylor, noirs eux aussi, lors d'interpellations violentes, qui ont suscité des centaines de manifestations aux États-Unis depuis le mois de mai.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine