Wall Street rebondit, la tech reprend des couleurs

Publicité

New York (AFP)

La Bourse de New York est repartie de l'avant mercredi après trois séances de baisse, profitant de la bonne santé des grandes valeurs technologiques, qui étaient à la peine depuis la fin de la semaine dernière.

Son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, a progressé de 1,60% à 27.940,47 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, est monté de 2,71% à 11.141,56 points et l'indice élargi S&P 500 a pris 1,95% à 3.396,96 points.

Wall Street avait nettement reculé mardi, de nouveau plombée par la chute de la tech, mais également lestée par le repli de la plupart des secteurs du marché: le Dow Jones avait cédé 2,25% et le Nasdaq avait plongé de 4,11%.

Entre son record de mercredi dernier à la clôture et sa dégringolade de mardi, le Nasdaq avait cédé plus de 10%, ce qui correspond à une correction dans le jargon boursier.

"Le marché a repris son souffle, car les arbres ne montent jamais jusqu'au ciel", souligne Gregori Volokhine de Meeschaert Financial Services pour justifier le repli des séances précédentes.

L'expert fait toutefois le distinguo entre des piliers de la Silicon Valley aux performances solides comme Apple, Google ou Facebook et un groupe comme Tesla, dont l'action avait gonflé de manière disproportionnée ces derniers mois et s'est effondrée mardi.

Quoi qu'il en soit, le secteur de la tech a, dans son ensemble, retrouvé son éclat mercredi, entraînant dans son sillage les autres pans du marché. Le sous-secteur "Technologies de l'information du S&P 500" est monté de 3,35% mercredi.

Parmi les progressions les plus fulgurantes, le logiciel de visioconférence Zoom a grimpé de 11,05%, Tesla a regagné 10,92% et le spécialiste des cartes et puces graphiques Nvidia est monté de 6,73%.

Parmi les autres valeurs du jour, Tiffany a vu son action plonger de 6,45%, lestée par une annonce du groupe français LVMH, qui ne s'estime plus "en mesure" de racheter "en l'état" le joailler américain, invoquant notamment une lettre du gouvernement français sur la menace de taxes sur les produits hexagonaux formulée par Washington.

Tiffany a attaqué LVMH devant la justice aux Etats-Unis, accusant l'entreprise d'avoir fait traîner les démarches réglementaires pour l'acquisition.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine montait vers 20H20 GMT à 0,6984% contre 0,6788% mardi soir.