A Wall Street, le Nasdaq achève sa pire semaine depuis mars

Publicité

New York (AFP)

Le repli des grandes valeurs technologiques de la Bourse de York a une nouvelle fois vendredi fait reculer l'indice Nasdaq, qui a enregistré sa plus lourde chute hebdomadaire depuis fin mars en abandonnant plus de 4%.

Sur la seule séance de vendredi, le Nasdaq a cédé 0,60% à 10.853,55 points.

Le Dow Jones Industrial Average, indice vedette de Wall Street, s'est en revanche apprécié de 0,48% à 27.665,64 points, mais il a abandonné 1,66% sur la semaine.

L'indice élargi S&P 500 a lui fini proche de l'équilibre, grappillant 0,05% à 3.340,97 points. Sa perte hebdomadaire est de 2,51%.

"La correction n'est pas encore terminée", estime Maris Ogg de Tower Bridge Advisors, en référence à la brusque chute du Nasdaq entamée en fin de semaine dernière.

Comme lors de la séance de la veille, l'indice avait ouvert en hausse avant d'effacer ses gains peu après la mi-séance puis de tomber dans le rouge.

"Dès que le marché monte, les vendeurs reviennent et le font redescendre", détaille Mme Ogg.

Principal concerné par ces prises de profits, le secteur de la tech, qui avait connu une hausse presque ininterrompue entre début avril et fin août et porté le marché à bout de bras, a encore peiné vendredi.

Le sous-indice "Technologie de l'information" du S&P 500 a ainsi perdu 0,75%. A titre individuel, des géants comme Apple (-1,31%), Amazon (-1,85%), Facebook (-0,55%) ou Alphabet (-0,67%), la maison mère de Google, ont reculé.

Selon Mme Ogg, ce recul n'est toutefois pas alarmant et est même le signe d'un marché sain, qui procède à des réajustements après une longue période de progression.

L'experte note à ce titre que de nombreuses valeurs cycliques, particulièrement sensibles à la conjoncture économique, sont montées.

Cela a notamment été le cas de Nike (+2,80%), Caterpillar (+2,65%), Home Depot (+1,33%) ou encore 3M (+1,85%), tous membres du Dow Jones.

Au rang des indicateurs, les prix à la consommation aux Etats-Unis ont progressé de 0,4% en août, un rythme un peu ralenti par rapport à celui de juillet, mais supérieur aux attentes, selon l'indice CPI publié vendredi par le département du Travail.

Les analystes attendaient une hausse de 0,3%.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine baissait à 0,6674% vers 20H35 GMT contre 0,6772% jeudi soir.