Accéder au contenu principal

Top 14: gare à la casse!

Le talonneur du Stade Français Laurent Panis, blessé lors d'un match de Top 14 contre Grenoble, le 6 avril 2019 au Stade des Alpes
Le talonneur du Stade Français Laurent Panis, blessé lors d'un match de Top 14 contre Grenoble, le 6 avril 2019 au Stade des Alpes JEAN-PIERRE CLATOT AFP/Archives
4 mn
Publicité

Paris (AFP)

Reprise du Stade français dimanche sans match dans les jambes, débuts repoussés pour Bordeaux-Bègles, entraînements par petits groupes et dégâts au LOU: la pandémie de Covid-19 a perturbé la préparation des clubs de Top 14, avec un risque de casse accru.

Le Stade français, où une très large majorité de joueurs ont été infectés pendant l'été, s'avance un peu dans l'inconnu à l'heure d'entamer sa saison dimanche à Castres.

"On est hyper excités de rejouer au rugby mais il y a bien sûr un peu d'appréhension à la fois parce que jouer Castres est un défi, parce que c'est à l'extérieur et qu'on ne sait pas où on en est", a expliqué l'entraîneur des avants du Stade français Laurent Sempéré vendredi.

Le club parisien avait obtenu un report de son premier match contre l'UBB, programmé vendredi 4 septembre, en raison d'un nombre insuffisant de joueurs de première ligne, décimée par le nouveau coronavirus.

"Certains ont été secoués", a souligné le technicien en évoquant les joueurs ayant contracté des lésions pulmonaires, "mais tout le monde est revenu à l'entraînement". La principale interrogation porte sur la capacité de l'équipe à résister en mêlée. C'est un secteur du jeu que l'"on ne peut pas compenser", avec des entraînements, selon le coach de 35 ans.

- Manque de repères -

L'absence de match amical et le manque de repères qui en découle "augmentent les risques traumatologiques", indique le médecin du Stade français Elliot Rubio, avec des dangers accrus de blessures de natures "musculaire, ligamentaire" et "des commotions".

Le Lyon olympique universitaire rugby, dont la préparation a elle aussi été très perturbée par des cas de contamination au Covid-19, en a fait l'amère expérience dès la première journée face au Racing 92 (défaite 27-23). Cinq joueurs ont rejoint une infirmerie déjà bien garnie : Patrick Sobela, Charlie Ngatai, Francisco Gomez Kodela (commotions), Pierre-Louis Barassi (épaule), Xavier Mignot et Dylan Cretin (déchirures).

"Nous avons déjà quatorze indisponibles entre les blessés et les joueurs en quarantaine pour cause de Covid", a déploré jeudi le président du LOU Yann Roubert auprès de l'AFP.

Ce n'est pas au niveau de la condition physique que le problème se pose. "Les joueurs ont récupéré des niveaux de force identiques voire plus importants qu'avant. Le problème, c'est plus un manque de repères et d'automatisme: un manque d'habitudes au contact, aux situations de matches et des mauvais placements, ce qui augmente le taux de blessures aux épaules et de commotions", analyse Benjamin Del Moral, préparateur physique d'un club qui n'avait pu jouer qu'un match de préparation avant la rencontre contre le Racing 92.

- "Belle première" -

Des repères, l'UBB semble en avoir davantage à l'heure de recevoir Brive samedi, après deux matches amicaux remportés face à Biarritz (48-12), équipe de Pro D2, et Clermont (27-13), les 14 et 22 août.

"Je pense sincèrement qu'on est rentré dans le bain (...) Plus personne ne se pose la question du premier match de championnat, si ça va être une intensité tout autre. Il n'y a pas de peur ou d'appréhension au niveau collectif", assure l'arrière Nans Ducuing.

Le Stade français, lui, ne peut pas en dire autant, n'ayant pu, au mieux, que reproduire à l'entraînement des situations de match. "Ils ont dû se préparer aux contacts, avec des boucliers, des boudins... mais est-ce suffisant? Chez nous, les joueurs ne se sentaient pas prêts à maintenir un haut niveau pendant 80 minutes", affirme Del Moral.

Castres, réputé pour être l'une des équipes les plus rugueuses du Top 14, ne laissera pas de temps d'adaptation aux Franciliens qui attaquent le championnat dans une situation inédite. "Ce sera une belle première", estime le médecin du club Elliot Rubio.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.