Tournoi de Rome: rentrée pour Nadal, rachat pour Djokovic

Publicité

Rome (AFP)

Avec Rafael Nadal de retour après six mois de pause forcée et Novak Djokovic en quête de rachat suite à sa disqualification à l'US Open, la courte saison sur terre battue débute lundi à Rome, sans spectateurs.

Comme d'habitude, c'est déjà un peu Roland-Garros qui s'annonce (27 septembre-11 octobre) quand résonnent les premières balles au Masters 1000 de Rome.

Et pourtant, les gradins vides sous les regards des statues blanches du Foro Italico et les larges allées sans spectateurs rappellent à quel point la pandémie de nouveau coronavirus a chamboulé le calendrier.

"Evidemment, ce n'est pas la même chose, il n'y a pas de public, on est dans une bulle, on ne peut pas aller en ville. Mais au moins nous avons un tournoi de tennis", a souligné en conférence de presse Rafael Nadal, qui va disputer son premier match en compétition depuis fin février à Acapulco.

Le tennis professionnel a été à l'arrêt de mars à début août. Puis le N.2 mondial a renoncé à la tournée américaine post-Covid-19 en raison des conditions sanitaires incertaines et de la "folie" du nouveau calendrier.

"Sans regret", a-t-il assuré lundi à Rome au sujet de cette impasse américaine.

Et sa forme? "Comme d'habitude, peut-être un peu moins bien, parce que j'ai pas joué pendant six mois..."

"La terre battue, c'est sa surface, je n'ai pas beaucoup de doutes, je suis sûr qu'il va être au niveau", a estimé à son sujet Stefanos Tsitsipas (N.6).

- "Les règles sont claires" -

En reprenant sur sa surface de prédilection, Nadal s'épargne la brutale transition dur/terre battue qui attend les participants de l'US Open, à deux semaines de Roland Garros (27 septembre-11 octobre).

Mais l'Espagnol, exempté de 1er tour, va devoir être très vite dans le rythme car il se voit proposer au 2e tour un client en forme, son compatriote Pablo Carreno (27e), qui vient d'atteindre les demi-finales de l'US Open (à ce titre lui aussi est exempté du premier match à Rome).

Novak Djokovic, qui a disputé neuf finales à Rome (pour quatre titres), a pour sa part hâte de tourner la page de sa spectaculaire disqualification en huitièmes de finale de l'US Open, après avoir lancé la balle involontairement sur une juge de ligne.

"Plus tôt je reprendrai la compétition, plus vite je surmonterai ce souvenir", a lancé le N.1 mondial à la presse, ne contestant pas la décision: "Quand vous frappez une balle comme je l'ai fait, vous avez une chance de toucher quelqu'un sur le court. Les règles sont claires, je l'ai accepté."

Quinze des vingt meilleurs mondiaux sont attendus à Rome, mais avec toutefois plusieurs absents de marque dans le Top 10. Outre Federer (N.4), absent jusqu'en 2021, manquent trois des quatre demi-finalistes de l'US Open: Dominic Thiem (N.3), Alexander Zverev (N.7) et Daniil Medvedev (N.5).

- Paire en colère -

Le tournoi féminin, lui, sera de nouveau privé de sa N.1 mondiale, l'Australienne Ashleigh Barty, qui a renoncé à reprendre le chemin du circuit, aussi bien aux Etats-Unis qu'en Europe, en raison de la situation sanitaire et d'une préparation perturbée par l'impossibilité de certains déplacements en Australie.

Serena Williams, souffrant au tendon d'Achille gauche, et Naomi Osaka, respectivement demi-finaliste et victorieuse à l'US Open, ne seront pas là non plus.

Mais la N.2 Simona Halep, absente aux Etats-Unis, sera présente comme tête de série N.1.

La Tchèque Karolina Pliskova (3e), tenante du titre à Rome, défendra elle son bien, après son élimination surprise au deuxième tour de l'US Open.

Si la plupart des favoris ne sont attendus que mardi voire mercredi sur les courts, la première journée sera marquée par le retour de Benoît Paire.

Exclu de l'US Open après son test positif au nouveau coronavirus, puis confiné dans sa chambre d'hôtel new-yorkaise, le Français (23e) sera opposé en soirée à l'Italien Jannik Sinner (74e) pour un 1er tour croustillant.

Paire, qui souhaitait avoir 24 h de plus pour retrouver le rythme, s'en est violemment pris aux organisateurs sur Twitter en fustigeant une "programmation de merde": "J'ai fait une seule demande, c'est de jouer mardi pour avoir un jour de plus d'entraînement avec ce qu'il m'est arrivé à New York, et comme je joue un Italien vous me mettez Lundi!!"