NHL: Tampa Bay ou Dallas, vainqueur méritant d'une Stanley Cup inédite

Edmonton (Canada) (AFP) –

Publicité

Un favori, Tampa Bay, ou un outsider, Dallas, remportera la deuxième Stanley Cup de son histoire au terme d'une finale inédite à plus d'un titre, dont le 1er match se jouera samedi à huis clos dans la bulle d'Edmonton, à l'abri du coronavirus.

Ils commencent à en avoir l'habitude depuis plus d'un mois et demi qu'ont débuté les play-offs, mais l'absence de fans et donc d'avantage du terrain que cela suppose rendent cette dernière ligne droite d'autant plus particulière. Point d'orgue d'un exercice qui aurait tout aussi bien pu ne pas se poursuivre en raison de la pandémie qui avait brutalement interrompu le championnat le 12 mars.

Il a fallu à la NHL d'abord redessiner les phases finales, en impliquant 24 équipes, douze par conférence, avec des phases de groupes et des barrages pour aboutir à un format classique de huit qualifiés de chaque côté.

Il a fallu surtout trouver deux villes hôtes pour accueillir ces délégations de joueurs et encadrements, Toronto pour celles de la conférence Est, Edmonton pour celles de l'Ouest.

Enfin, il a fallu mettre en place des protocoles sanitaires, faits de tests quotidiens au Covid-19, de mesures de distanciation sociale et faire accepter à chacun de n'aller et venir que de leur hôtel à la salle pour s'entraîner ou jouer.

- Zéro cas positif -

Et tout ceci a permis d'aboutir à zéro cas positif. Une véritable victoire, 56 jours après l'arrivée des Stars et du Lightning dans leurs bulles respectives, que chacune des deux équipes veulent évidemment couronner d'un sacre.

"Ce sera peut-être l'un des titres les plus difficiles à gagner. Celui qui lèvera cette Coupe, il l'aura méritée, je vais vous le dire", a ainsi estimé Jon Cooper, l'entraîneur du Lightning de Tampa Bay qui a d'abord pris sa revanche sur les Columbus Blue Jackets (4-1), qui l'avaient sorti au 1er tour l'an passé, avant d'écarter les Boston Bruins (4-1) et les New York Islanders (4-2) en finale de Conférence Est.

Le match N.1 sera le 20e des play-offs pour Tampa Bay et le 22e pour les Stars. Mais ces derniers ont eu quelques jours pour se reposer en écartant les Golden Knights de Las Vegas (4-1) en finale de Conférence Ouest, après avoir souffert pour se débarrasser de Colorado (4-3) et de Calgary (4-2).

Dallas, que peu imaginaient se retrouver en pareille position, va jouer sa troisième finale depuis celle perdue en 2000, un an après son premier sacre.

- Dallas "affamé" -

Le Lightning aussi a remporté la Coupe Stanley, en 2004, avant d'être défait par les Blackhawks de Chicago en 2015. Et cela fait cinq ans, avec deux finales de conférence perdues en chemin, qu'il fait partie des favoris.

La saison passée fut celle d'une énorme désillusion quand il fut balayé à la surprise générale, au 1er tour, par Columbus (4-0), alors qu'il avait réussi à égaler le record de victoires (62) des Detroit Red Wings, en saison régulière.

"Tout ceci est derrière nous", a assuré le défenseur Victor Hedman, un des éléments-clés - 9 buts inscrits dans ces play-offs - de l'équipe avec le Russe Nikita Kucherov, MVP de la saison passée, et le gardien Andrei Vasilevskiy dont le pourcentage d'arrêts est de 93,1%.

Dallas n'est pas dépourvu d'hommes forts, à l'image du Finlandais Miro Heiskanen, 21 ans, qui compile 5 buts et 17 passes (22 pts en 21 matches) et du gardien kazakh Anton Khudobin, 34 ans, et ses 92% d'arrêts.

"Nous avons une équipe vraiment affamée. Des jeunes aux vieux... tout le club veut vraiment tout mettre en œuvre pour remporter cette dernière série", a déclaré l'attaquant Andrew Cogliano.

"Il y a eu l'interruption de la saison, des moments où ça n'a pas été parfait, mais nous avons toujours trouvé un moyen de nous montrer à la hauteur à chaque série", a-t-il résumé.