Accéder au contenu principal

Charlie Hebdo de nouveau menacé, une centaine de médias appellent à se mobiliser

Charlie Hebdo a republié, le 2 septembre, les caricatures de Mahomet, à la veille de l'ouverture du procès de l'attentat qui avait décimé sa rédaction en janvier 2015.
Charlie Hebdo a republié, le 2 septembre, les caricatures de Mahomet, à la veille de l'ouverture du procès de l'attentat qui avait décimé sa rédaction en janvier 2015. © AFP
5 mn

Près d'une centaine de médias, dont France Médias Monde, ont appelé, mercredi, dans une lettre ouverte, tous les citoyens et les élus français à se mobiliser en faveur de la liberté d'expression, en soutien à Charlie Hebdo, qui fait l'objet de nouvelles menaces depuis le début du procès sur les attentats de 2015.

Publicité

Journaux, radios, magazines et chaînes de télévision se mobilisent pour Charlie Hebdo. Près d'une centaine de médias ont publié, mercredi 23 septembre, une lettre ouverte appelant les Français à se mobiliser en faveur de la liberté d'expression, en soutien au journal satirique qui fait l'objet de nouvelles menaces.

Charlie Hebdo a décidé de republier les caricatures de Mahomet qui en avaient fait une cible des jihadistes, à la veille de l'ouverture du procès de l'attentat qui avait décimé sa rédaction en janvier 2015. Une réédition saluée par certains, mais qui lui a valu de nouvelles menaces, notamment de la part de l'organisation jihadiste Al-Qaïda, et a été condamnée par certains pays musulmans.

"À la suite de la republication des caricatures de Mahomet le 2 septembre 2020, Charlie Hebdo est à nouveau menacé par des organisations terroristes. Des menaces qui constituent une véritable provocation en plein procès des attentats de janvier 2015. Des menaces qui vont bien au-delà de Charlie puisqu'elles visent aussi tous les médias et même le Président de la République", a déploré Riss, le directeur de Charlie Hebdo.

"Il nous a semblé nécessaire de proposer aux médias de réfléchir à la réponse collective qui méritait d'être donnée à cette situation", explique-t-il.

Cette mobilisation s'est traduite par une lettre ouverte, qui fait la une de l'hebdo satirique ce mercredi, et paraît dans les pages et sur les sites internet des médias signataires, parmi lesquels la presse nationale et régionale, les principales chaînes de télévision, des hebdomadaires et des radios.

"Nous avons besoin de vous"

"Grâce à une mobilisation historique des médias français, en publiant tous ensemble cette lettre à nos concitoyens aujourd'hui, nous souhaitons envoyer un message puissant pour défendre notre conception de la liberté d'expression mais, bien au-delà, de la liberté de tous les citoyens français", indique Riss, invitant "tous les médias qui le souhaiteraient à publier cette lettre".

"Aujourd'hui, en 2020, certains d'entre vous sont menacés de mort sur les réseaux sociaux quand ils exposent des opinions singulières. Des médias sont ouvertement désignés comme cibles par des organisations terroristes internationales. Des États exercent des pressions sur des journalistes français 'coupables' d'avoir publié des articles critiques", peut-on lire dans ce texte intitulé "Ensemble, défendons la Liberté".

Citant la Déclaration des droits de l'Homme de 1789, le texte déplore que "c'est tout l'édifice juridique élaboré pendant plus de deux siècles pour protéger votre liberté d'expression qui est attaqué, comme jamais depuis 75 ans. Et cette fois par des idéologies totalitaires nouvelles, prétendant parfois s'inspirer de textes religieux".

"Nous avons besoin de vous. De votre mobilisation. Du rempart de vos consciences. Il faut que les ennemis de la liberté comprennent que nous sommes tous ensemble leurs adversaires résolus, quelles que soient par ailleurs nos différences d'opinions ou de croyances", appellent les signataires.

La DRH de Charlie Hebdo exfiltrée de son domicile

Les signataires concluent, en appelant les "citoyens, élus locaux, responsables politiques, journalistes, militants de tous les partis et de toutes les associations", à réunir leurs forces "pour chasser la peur et faire triompher [l']amour indestructible de la Liberté".

Les douze dessins reproduits par Charlie avaient été publiés initialement par le quotidien danois Jyllands-Posten, le 30 septembre 2005, puis repris par l'hebdo satirique en 2006. Ils montrent notamment le prophète portant une bombe au lieu d'un turban, ou en personnage armé d'un couteau flanqué de deux femmes voilées de noir.

>> À lire aussi : Depuis Charlie Hebdo, un "cycle de violences qui n’est pas terminé"

Alors que se tient jusqu'au 10 novembre le procès de l'attentat qui avait fait 12 morts le 7 janvier 2015, la directrice des ressources humaines de Charlie Hebdo, Marika Bret, a affirmé, en début de semaine, qu'elle avait dû être exfiltrée de son domicile en raison de menaces jugées sérieuses. Dans un entretien au Point, elle a dénoncé "un niveau de haine hallucinant autour de Charlie Hebdo".

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.