Accéder au contenu principal

Covid-19 : "fermeture totale" des bars et restaurants dès samedi à Marseille et en Guadeloupe

Le ministre de la Santé Olivier Véran, le 17 septembre 2020, à Paris.
Le ministre de la Santé Olivier Véran, le 17 septembre 2020, à Paris. © Geoffroy Van Der Hasselt, AFP
7 mn

Le ministre de la Santé Olivier Véran a dévoilé, lors de sa conférence de presse mercredi soir, les dispositions prises lors du Conseil de défense. La métropole d'Aix-Marseille et la Guadeloupe deviennent notamment des "zones d'alerte maximale", avec "fermeture totale" des bars et des restaurants à partir de samedi pour une durée de deux semaines.

Publicité

"La situation sanitaire continue globalement de se dégrader" en France, a prévenu mercredi 23 septembre Olivier Véran, en ouverture de sa conférence de presse hebdomadaire. Le ministre de la Santé a annoncé de nouvelles mesures sanitaires variables en fonction des territoires. Et de préciser à ce sujet : "Nous ne le faisons pas de gaieté de cœur mais parce que c'est nécessaire".

La métropole d'Aix-Marseille et la Guadeloupe "zones d'alerte maximale"

Voici le rouge "écarlate" dont il avait été question, plus tôt dans la journée. Deux territoires français sont concernés par cette nouvelle classification : la métropole d'Aix-Marseille et la Guadeloupe. Étant donné la situation sanitaire dans ces territoires, le ministre de la Santé a annoncé la "fermeture totale" des bars et restaurants à partir de samedi, ainsi que la fermeture de "tous les établissements recevant du public sauf s'il existe un protocole sanitaire strict déjà en place". "À ce titre, les lieux culturels comme les théâtres, les musées et les cinémas ne sont pas concernés compte tenus des protocoles sanitaires existants", a précisé Olivier Véran.

"Ce sont des décisions difficiles mais nécessaires", a affirmé le ministre de la Santé. Et d'ajouter : "Ce sont des dispositions temporaires mais qui sont les seules de nature à diminuer les contaminations". Olivier Véran a aussi précisé que toutes les entreprises impactées par ces décisions – valables pour 15 jours – "seront soutenues" financièrement par l'État.

"Si toutefois, malgré ces mesures, la situation devait s'aggraver, nous n'aurions pas d'autre choix que de basculer en état d'urgence sanitaire ces territoires" en zone d'alerte maximale, a conclu le ministre.

Ces mesures ont suscité la colère de plusieurs élus, dont la maire de Marseille, Michèle Rubirola (EELV) qui a indiqué sur Twitter avoir appris avec "colère" cette décision du gouvernement de fermer les bars et les restaurants.

Le président LR de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, Renaud Muselier, a qualifié quant à lui de "punition collective" cette mesure gouvernementale de fermeture des bars et restaurants à Aix et Marseille, dénonçant une décision "prise de façon unilatérale". Pour lui, il s'agit d'un "quasi-reconfinement".

Onze autre métropoles "zones d'alerte renforcée"

Cette nouvelle catégorie – en rouge – concerne une grande partie des métropoles françaises : Paris et les départements de la petite couronne, Lille, Toulouse, Saint-Étienne, Rennes, Rouen, Grenoble, Montpellier, plus Bordeaux, Lyon et Nice, qui s'y trouvaient déjà. Tours, Strasbourg, Dijon et Clermont-Ferrand n'y sont pas encore, mais pourraient bientôt rejoindre ce groupe si les indicateurs sanitaires continuent à se dégrader dans ces villes, selon le ministre de la Santé.

La jauge des rassemblements dans ces territoires va être portée à 1 000 personnes, au lieu de 5 000 auparavant, ce dès samedi. La fermeture des bars, qui interviendra quant à elle à partir de lundi, sera "partielle" avec un horaire décidé par le préfet. Cela "n'ira pas au-delà de 22 heures", a précisé Olivier Véran.

Entre autres mesures décidées pour les "zones d'alerte renforcée" :  interdiction des grands événements déclarés, interdiction des rassemblements de plus de 10 personnes dans l'espace public, fermeture de toutes les salles des fêtes et polyvalentes pour les activités festives et associatives, fermeture des salles de sport et des gymnases.

Plus de 13 000 nouvelles contaminations en 24 heures

L'agence Santé publique France a fait état mercredi de 13 072 nouvelles contaminations dues au coronavirus en 24 heures, soit 3 064 plus que la veille.

Le nombre de patients hospitalisés au cours des sept derniers jours s'élève selon elle à 4 244, comme mardi, et parmi eux, 675 ont été admis en réanimation, soit 24 de plus que la veille. Le taux de positivité des tests est remonté de 6,1 % à 6,2 % et 1 039 foyers d'infections sont en cours d'investigations (+ 70 en 24 heures).

Quarante-trois décès supplémentaires ont par ailleurs été recensés, ce qui porte le bilan à 31 459 morts depuis le début de l'épidémie en France.

Avec Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.