Covid-19 en France : 16 096 nouveaux cas en 24 heures, Jean Castex n'exclut pas un reconfinement

Une patiente attend son tour dans un site de dépistage du coronavirus à Nice, en France, le 14 septembre 2020.
Une patiente attend son tour dans un site de dépistage du coronavirus à Nice, en France, le 14 septembre 2020. © Eric Gaillard, Reuters

Alors que le nombre de contaminations au Covid-19 poursuit sa progression en France, avec un 16 096 nouveaux cas enregistrés jeudi, un record, le Premier ministre Jean Castex a évoqué un éventuel reconfinement "si nous n'agissons pas".

Publicité

La France a enregistré 16 096 nouveaux cas de Covid-19 en 24 heures, un record depuis le lancement des tests à grande échelle dans le pays, selon les données publiées, jeudi 24 septembre, par Santé publique France.

Le précédent record s'élevait à plus de 13 000 nouveaux cas par jour, niveau atteint mercredi. Alors que de nouvelles mesures de restriction ont été annoncées pour tenter d'endiguer l'épidémie, 52 malades du Covid-19 sont décédés en 24 heures à l'hôpital, précise l'agence sanitaire.

Signe que l'épidémie progresse : la part de malades parmi les personnes testées (le taux de positivité) ne cesse d'augmenter, atteignant 6,5 % contre 6,2 % mercredi et 5,4 % la semaine dernière.

Sur les sept derniers jours, les hôpitaux ont accueilli 4 258 nouveaux malades dont 718 cas graves en réanimation, soit 43 de plus que la veille.

Plus de 31 500 morts

Depuis le début de l'épidémie, au moins 31 511 morts liées au coronavirus ont été enregistrées en France, dont 20 940 en milieu hospitalier.

Dans son point hebdomadaire publié également jeudi, Santé publique France fait état d'une "augmentation exponentielle des admissions en réanimation" et d'une "hausse de la circulation du SARS-CoV-2 chez les 65 ans et plus".

S'appuyant sur des données allant jusqu'au 22 septembre, le service public de santé table sur une "sous-estimation de l'augmentation des nombres de cas confirmés due à la probable saturation des capacités diagnostiques", ainsi qu'une sous-estimation des foyers de contamination ("clusters").

La situation était "très préoccupante dans toute la France"

"Il faut que l'opinion soit très attentive. Si nous n'agissons pas, on pourrait se trouver dans une situation proche de celle du printemps", a mis en garde le Premier ministre Jean Castex, jeudi sur France 2, au lendemain de l'annonce de nouvelles restrictions.

Prié de dire si la France se dirigeait vers un nouveau confinement, comme celui de mars à mai, Jean Castex a répondu que ce n'était pas le souhait de son gouvernement mais il a laissé la porte ouverte à cette mesure au cas où la situation sanitaire continuerait de se dégrader.

"Ça pourrait dire reconfinement", a-t-il dit, en attribuant la reprise de l'épidémie à un possible relâchement estival de la population.

Le chef du gouvernement a justifié ces mesures en affirmant que la situation était "très préoccupante dans toute la France" mais "surtout grave dans les grandes agglomérations".

À Marseille, c'est "une course contre la montre" et c'est pour cela que "nous avons décidé de prendre des mesures plus fortes", a-t-il ajouté au début de l'émission "Vous avez la parole", sa première grande émission politique depuis sa nomination début juillet.

Jean Castex a expliqué que l'objectif du gouvernement était "simple" : "éviter la saturation de nos établissements hospitaliers", en particulier les services de réanimation.

Interrogé sur un éventuel reconfinement des Ehpad, il a répondu : "Non. On ne reconfine pas les Ehpad", "il faut tout faire pour éviter ça".

"Je ne vous en veux pas", a assuré Jean Castex à une restauratrice de Marseille qui a critiqué à l'écran la décision prise mercredi de fermer dès samedi à Aix-Marseille et en Guadeloupe des bars, des restaurants et des établissements recevant du public, à l'exception de ceux ayant un protocole sanitaire strict comme les théâtres, musées et cinémas.

"La mesure c'est pour 15 jours, et nous espérons que nous pourrons rouvrir dans 15 jours", a dit Jean Castex à la restauratrice. "Nous allons indemniser la perte du chiffre d'affaires que vous allez subir", lui a-t-il assuré, car "il n'est pas question que vous subissiez les conséquences de ces conditions sanitaires".

Les élus locaux de Marseille et sa région ont fustigé, jeudi, les nouvelles mesures de lutte contre le Covid-19 du gouvernement et annoncé le dépôt d'un référé en justice pour empêcher la fermeture des bars et des restaurants.

"On ne joue pas avec une épidémie", a prévenu Jean Castex, en appelant à "la responsabilité", qui est "nécessairement collective", face au virus Covid-19.

Avec AFP

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine