Accéder au contenu principal

Mots doux et barrages juridiques: offensives tous azimuts dans le duel Suez-Veolia

4 mn
Publicité

Paris (AFP)

L'heure n'est plus aux fleurets mouchetés: le PDG de Veolia, qui cherche à mettre la main sur Suez, a qualifié jeudi de "pitoyable" la décision de son rival de créer un dispositif juridique compliquant fortement toute cession de sa branche Eau française.

Les deux frères ennemis du traitement de l'eau sont à l'offensive tous azimuts, sur le terrain des mots, de la communication ou du droit.

Car le 30 septembre expire l'offre faite par Veolia à Engie de lui racheter, pour 2,9 milliards d'euros, ses 29,9% d'actions dans Suez. Suez, qui refuse d'être absorbé, demande du temps pour pouvoir présenter une contre-offre.

C'est dans ce contexte tendu que les dirigeants de Suez ont annoncé mercredi soir la création d'une fondation de droit néerlandais destinée à chapeauter son activité Eau France et à rendre impossible pendant quatre ans toute cession sans accord des actionnaires.

L'eau, métier historique de Suez, est au cœur de la bataille, Veolia prévoyant, dans son projet de fusion, de la céder pour répondre à la législation de la concurrence.

Mercredi, Suez a pris soin d'ajouter une clause: en cas de changement de contrôle du groupe, seule la fondation, dirigée par trois personnes, dont un représentant du personnel, pourra autoriser une cession de l'eau et non plus le conseil d'administration.

C'est une "dernière manœuvre un peu pitoyable de désertion et de transfert à l'étranger de l'activité Eau France", a réagi le PDG de Veolia Antoine Frérot, qui devait rencontrer jeudi après-midi son homologue d'Engie Jean-Pierre Clamadieu, pour "analyser" la situation.

Les dirigeants de Suez "transfèrent dans un paradis fiscal, les Pays-Bas, un de leurs actifs les plus importants", a-t-il déclaré sur BFM Business, dénonçant "une politique financière pour s'opposer à un projet industriel".

- "Coup fourré" -

Pour lui, "quand on défend son poste plutôt que son entreprise face à un projet d'intérêt national, j'estime qu'on trahit et son entreprise et la France".

"Ce coup fourré n'est pas de nature à me décourager, je porte un projet qui me semble important pour Veolia, pour Suez et pour notre pays", a encore dit M. Frérot.

Le patron du numéro un mondial du traitement de l'eau et des déchets veut construire un "super champion" du secteur grâce à une OPA sur son rival de toujours.

Suez se débat, mettant en avant des risques pour la concurrence et l'emploi et vantant son potentiel de création de richesse en tant que groupe indépendant.

"Ce démantèlement, c'est comme si quelqu'un se présentait comme votre ami, entrait subitement chez vous. La porte a été ouverte par un des propriétaires et il s'installe pour vendre un par un les précieux meubles que votre grand-mère vous a légués", a dénoncé le président du groupe Philippe Varin devant les députés mercredi.

La direction de Suez est soutenue par l'intersyndicale, très remontée contre le projet.

Alors Veolia s'est offert une tribune pour s'adresser directement aux salariés de son concurrent, jeudi dans les journaux nationaux, avant la presse régionale vendredi.

"Mon premier engagement est de préserver l'ensemble de vos emplois", leur écrit le PDG, promettant aussi de "céder le moins d'actifs possible" et un "encadrement équilibré entre les dirigeants issus de Suez et de Veolia".

Jeudi, le fonds Ciam ("entre 0,1% et 1%" de l'actionnariat de Suez, selon ses termes) a de son côté écrit à M. Varin pour dénoncer avec la création de la fondation "une violation inadmissible des droits des actionnaires" à se prononcer sur le sort des actifs Eau.

Dans ce tumulte, le gouvernement, qui par la voix de Jean Castex avait d'abord eu des commentaires positifs sur le projet de Veolia, garde le silence depuis plusieurs jours.

Au centre du jeu, Engie, dont l'actionnaire principal est l’État, tient vendredi soir son conseil d'administration.

Le géant de l'énergie avait la semaine dernière demandé à Veolia d'améliorer son offre. "Toutes les options sont possibles", a affirmé jeudi M. Frérot.

Le PDG d'Engie sera entendu mardi matin par les députés, qui ont créé un groupe de travail sur cet "enjeu d'intérêt national", a dit à l'AFP Eric Woerth, président LR de la commission des Finances de l'Assemblée nationale.

Il en a profité pour exprimer ses "regrets" que Suez n'ait pas évoqué mercredi lors de son audition ses projets de riposte juridique annoncée le soir même, "une question de respect pour les parlementaires".

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.