Accéder au contenu principal

Bélarus: un port lituanien redoute les effets collatéraux de la crise

4 mn
Publicité

Klaipeda (Lituanie) (AFP)

Hub commercial maritime vital pour le Bélarus, pays sans accès à la mer, le port lituanien de Klaipeda risque de subir bientôt des conséquences économiques de la ligne dure menée par ce pays balte vis-à-vis du président contesté Alexandre Loukachenko.

Peu après que la Lituanie et ses partenaires baltes de la zone euro, l'Estonie et la Lettonie, ont annoncé leurs sanctions, le mois dernier, le dirigeant bélarusse a menacé de réacheminer le transport des marchandises vers des ports russes.

Les sanctions contre des responsables du régime de Minsk sont une réponse à la répression brutale contre les manifestants exigeant la démission de M. Loukachenko après l'élection présidentielle contestée du 9 août.

Klaipeda est le plus grand port balte, par lequel transitent annuellement plus de 45 millions de tonnes de marchandises, dont plus d'un quart en provenance et à destination du Bélarus, via les chemins de fer lituaniens.

"La cargo bélarusse est très important pour le port de Klaipeda", a déclaré à l'AFP Algis Latakas, directeur général du port.

Selon Andrius Romanovskis, président de la confédération des entreprises de Lituanie, les sociétés opérant à Klaipeda restent "très vigilantes et suivent de près" les dernières informations en provenance du voisin du sud.

"Pour certaines entreprises, cela signifierait un effet économique négatif assez important", a-t-il souligné.

- Boycott politique -

Au pouvoir depuis 26 ans, le président Loukachenko, a dans un premier temps menacé de couper la route à travers la Lituanie. Il a été soutenu par son principal allié, la Russie, qui veut détourner le commerce du pétrole des ports lituaniens vers ses propres ports.

Outre les produits pétroliers, le Bélarus utilise également Klaipeda pour exporter des engrais de Belaruskali, le plus grand producteur mondial de potasse.

Selon M. Latakas, un boycott serait purement politique et n'aurait aucun sens du point de vue économique.

"Nous pensons qu'à court terme, politiquement, cela peut être possible mais cela s'avérerait plutôt compliqué en pratique parce qu'ils ont besoin de technologies et d'une chaîne logistique concertée", a-t-il estimé.

"Klaipeda est l'emplacement le plus rapproché des usines d'engrais bélarusses et, depuis 2006, les marchandises bélarusses partent vers le reste du monde principalement via ce port", a précisé M. Latakas.

Selon lui, jusqu'à présent, ni le port ni les chemins de fer lituaniens n'ont enregistré de changements. Seuls les camionneurs lituaniens ont signalé des contrôles plus approfondis à la frontière aux cours des derniers jours.

- Accord imminent avec la Russie? -

Avant l'élection présidentielle contestée, le Bélarus a utilisé Klaipeda pour ses importations du pétrole - y compris en provenance des États-Unis et de l'Arabie saoudite - pour réduire sa dépendance à l'égard de la Russie.

Depuis le vote et les manifestations de masse qui ont suivi, M. Loukachenko est devenu dépendant du soutien de Moscou et le gouvernement a changé d'avis.

Au début du mois, le ministre russe de l'Energie, Alexander Novak, s'est rendu à Minsk pour soulever la question, suscitant des spéculations sur un accord imminent.

"Nous devons créer des conditions économiques bénéfiques pour les deux parties", a-t-il déclaré, exprimant l'espoir qu'un accord pourrait être conclu avec Bélarus "d'ici la fin de ce mois".

Les responsables russes ont déclaré que toute cargaison bélarusse pourrait transiter par les ports russes d'Oust-Louga et de Kaliningrad.

Selon certains experts, Moscou pourrait être même disposé à indemniser Minsk pour ses pertes afin de récupérer le trafic de marchandises et punir la Lituanie, membre de l'UE et de l'OTAN.

La Lituanie a particulièrement irrité Minsk en accueillant la candidate de l'opposition Svetlana Tikhanovskaïa qui s'y est réfugiée après avoir revendiqué sa victoire contre M. Loukachenko.

Le président lituanien Gitanas Nauseda a, quant à lui, écarté la perspective d'un impact économique sur Klaipeda, insistant sur le fait que Minsk n'agirait pas en sa propre défaveur.

"Je ne veux pas spéculer sur ce qui se passe dans l'esprit de ces personnes, mais la réalité économique est que le Bélarus profite le plus du transport de ses marchandises via le port de Klaipeda", a-t-il déclaré à l'AFP au début du mois.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.