GP de F1 de Russie: Hamilton en pole après une qualification sous tension

Sotchi (Russie) (AFP) –

Publicité

Lewis Hamilton (Mercedes), qui a failli sortir prématurément en qualifications, s'élancera finalement en pole position à Sotchi pour le Grand Prix de Russie, 10e manche de la saison de Formule 1, où il pourrait égaler le record de victoires de Michael Schumacher dimanche.

Le sextuple champion du monde a d'ores et déjà battu samedi le record de la piste russe que son coéquipier finlandais Valtteri Bottas détenait depuis 2018, en réalisant un chrono de 1 min 31 sec 304/1000. Conclusion bien connue pour une situation inédite: quelques instants auparavant le Britannique n'était même pas qualifié pour une des 10 meilleures places sur la grille.

"C'est la pire séance de qualification que j'ai connue, et je me retrouve en pole certes, mais pas avec les bons pneus. D'autant qu'ici être le premier sur la grille n'a pas gros interêt avec ce long virage rapide qui suit le départ. On se fait doubler à l'aspiration en étant le premier", s'est récriminé Hamilton après sa pole.

Un scénario palpitant est venu troubler la routine des qualifications, lorsque Sebastian Vettel (Ferrari), victime d'une sortie de route spectaculaire mais sans gravité, a forcé les commissaires à brandir le drapeau rouge car des morceaux de la SF1000 de l'Allemand s'étalaient un peu partout au virage 4.

- Hamilton in extremis -

"J'attaquais fort", confie le quadruple champion du monde, "puis j'ai essayé d'éviter le contact avec Lance Stroll (Racing Point), je suis allé trop large, j'ai attrapé le vibreur, et voilà..."

En conséquence, la séance a été interrompue alors que certains pilotes, dont Hamilton, n'avaient pas encore enregistré un chrono suffisant pour passer en Q3.

Mais le leader du championnat a su réagir, pour le plus grand plaisir des 30.000 spectateurs présents dans les tribunes, en franchissant la ligne de départ pour un tour chronométré à une seconde du passage des feux au rouge, ce qui lui a permis in extremis d'accéder à la Q3.

Derrière la 96e pole du Britannique, la Red Bull de Max Verstappen et Bottas sur l'autre Mercedes s'élanceront des 2e et 3e rangs. Le Néerlandais a chipé la 2e place au Finlandais dans les derniers hectomètres, grâce à un chrono à une demi-seconde de la 1re position.

Apparemment pas prévenu par son ingénieur, Bottas s'est positionné devant le panneau numéro 2 du parc fermé, à l'arrivée. "On a réussi à trouver le bon équilibre sur la voiture, je suis satisfait", a souligné Verstappen, passé la ligne. "Partir deuxième ici n'est pas un désavantage, au contraire, a ajouté l'actuel 3e du championnat du monde.

Sergio Perez 4e, partira en deuxième ligne, un excellent résultat pour le Mexicain peut-être motivé par l'annonce il y a 15 jours qu'il devrait céder son baquet à Vettel en 2021, quand son écurie deviendra officiellement Aston Martin.

- Ricciardo vise le podium -

Avec Daniel Ricciardo en 5e position et le Français Esteban Ocon en 7e, Renault a su tirer son épingle du jeu des qualifications, sur la piste piégeuse de Sotchi. "J'ai fait une excellente Q2 mais j'ai eu plus de mal dans la Q3! Demain j'essaierai de prendre des aspis au départ pour gagner des places", a prévenu l'Australien, qui tentera d'obtenir son premier podium avec le constructeur français, après 4 quatrièmes places finales depuis mars 2019.

Satisfaction également pour Pierre Gasly (AlphaTauri): "Je suis très heureux d'être passé en Q3, et comme je me sens bien dans les longs +runs+, j'ai bon espoir pour la course, même s'il faudra rester en dehors des embûches" affirme le Français vainqueur à Monza. Son coéquipier, le Russe Daniil Kvyat, régional de l'étape, s'est qualifié 12e.

A l'issue de ces qualifications à rebondissements les Ferrari, pourtant équipées de nouveaux appendices aérodynamiques, ne sont même pas passées en Q3 avec les 10 meilleures monoplaces. Dimanche Charles Leclerc partira 11e, Sebastian Vettel 15e. Ils étaient respectivement en première position et 3e l'année dernière sur la même piste de Sotchi.

Hamilton va donc s'élancer en pole, au volant de sa Mercedes, sur un circuit où le constructeur allemand a toujours été victorieux: plus que jamais, le record de 91 victoires de Michael Schumacher semble à sa portée.