Accéder au contenu principal
SONDAGE

Traitement médiatique du Covid-19 : les Français en manque de certitudes

 Le virologue Bruno Lina, le 21 avril 2020, interviewé à l'hôpital de la Croix-Rousse de Lyon.
Le virologue Bruno Lina, le 21 avril 2020, interviewé à l'hôpital de la Croix-Rousse de Lyon. © Philippe Desmazes, AFP
13 mn

Une étude sur le traitement médiatique de la pandémie de Covid-19 montre que les Français portent un jugement sévère sur le travail des journalistes. Et que par ailleurs ils sont en demande d’informations fiables, pratiques, et certaines.

Publicité

Le constat est sans appel : 60 % des Français, selon un sondage Viavoice publié samedi 26 septembre, estiment que les médias ont donné trop de place dans leur couverture à la pandémie de Covid-19. Un Français sur deux trouve que l'information donnée était anxiogène, 43 % estiment que les journalistes ont alimenté la peur de la pandémie, et 32 % des Français ont même le sentiment que les médias ont utilisé cette peur pour faire de l'audience.

"Le traitement médiatique de la pandémie est jugé de manière sévère par l'opinion, souligne Stewart Chau, consultant chez ViaVoice, contacté par France 24. Le fait qu'on en parle tout le temps et partout a amplifié leur perception d'une information anxiogène, voire catastrophiste pour 28 % des sondés."

>> À voir aussi sur France24.com : Six mois après, ils souffrent encore : le calvaire des malades du "Covid long"

Ainsi, seuls 25 % des Français estiment que la couverture de la pandémie par les médias était équilibrée, et ils ne sont que 13 % à trouver que les informations données leur ont permis de maîtriser et de combattre leur peur du nouveau coronavirus.

L'étude commandée par France 24, RFI, MCD, France Télévisions, Radio France et le Journal du Dimanche montre que les Français sont en attente d'informations pratiques et de certitude. À la question, "pour vous apporter une information utile sur le Covid et ses conséquences dans les mois qui viennent, qu'attendez-vous prioritairement des journalistes et des médias ?", 51 % des sondés affirment vouloir des informations constructives qui proposent des solutions pour se protéger de la maladie, 47 % veulent des expertises de chercheurs spécialistes des questions sanitaires et 45 % des éléments de vérification sur les informations qui circulent sur la pandémie.

"Les Français ont découvert que les experts pouvaient se contredire"

"Les experts étaient omniprésents sur les plateaux TV, mais les Français ont découvert qu'ils se contredisaient et qu'ils pouvaient se tromper, remarque Stewart Chau. Or, leurs attentes sont claires : ils demandent une expertise davantage révélatrice de vérité que de contradictions. Ils attendent des médias une parole qui fasse autorité et une information pratique qui leur permette de se protéger contre la maladie."

Problème : la pandémie de Covid-19 est inédite et la communauté scientifique dans son ensemble a dû tirer les enseignements de son évolution au jour le jour. Le regard porté sur les enfants est ainsi révélateur. Alors qu'ils étaient considérés, début mars, comme des vecteurs certains du virus et que la fermeture des écoles était prônée, avant même le confinement général de la population, ceux-ci sont désormais vus comme une population ne représentant pas ou peu de danger dans la transmission de la maladie.

>> À voir sur France 24 : L'ENTRETIEN - Covid-19 : "Il faut redoubler de prudence", martèle l'infectiologue Yazdan Yazdanpanah

"Nous étions dans un contexte d'incertitude totale et les Français ont eu beaucoup de mal à intérioriser le fait que l'information pouvait être évolutive et changeante. L'information est tellement accessible que les citoyens partent du principe que l'on sait les choses. Or, le savoir peut évoluer et être débattu", rappelle le consultant de ViaVoice.

Dans un monde où gouvernants, scientifiques et journalistes acceptent difficilement de dire qu'ils ne savent pas, parler d'un sujet que l'on connaît peu oblige par ailleurs à formuler des hypothèses parfois perçues à tort comme des certitudes. L'évolution du discours gouvernemental sur les masques ou encore les polémiques autour des prises de position du Professeur Didier Raoult n'ont sans doute pas beaucoup aidé non plus.

"Un climat de défiance grandissant"

Autre enseignement : le besoin d'informations fiables apparaît nettement dans l'appréciation du travail de vérification des informations réalisé par les journalistes. Les Français sont 33 % à trouver le fact-checking sur les informations circulant sur le Covid-19 "nécessaire", et 16 % d'entre eux "utile". Ils sont surtout 29 % à estimer que la vérification des faits n'a pas été "assez importante".

>> À lire aussi sur France24.com : Covid-19 : à Marseille, élus locaux et professionnels se rebellent contre "un reconfinement économique"

Enfin, l'étude ViaVoice montre que la crise sanitaire et son traitement médiatique auront des conséquences dans le rapport des Français aux médias. Seulement 8 % des personnes interrogées jugent que l'information sur la pandémie a été traitée de manière "rigoureuse" et elles ne sont que 6 % à considérer que cette information était "vérifiée".

"Après le temps de la surprise, est venu celui du questionnement des institutions du savoir, note Stewart Chau. Nous vivons dans un climat de défiance grandissant vis-à-vis du gouvernement et des journalistes."

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.