Accéder au contenu principal
Dans la presse

Pandémie de Covid-19 : "Un million de morts"

Pandémie de Covid-19: un million de morts
Pandémie de Covid-19: un million de morts © France 24
11 mn

À la une de la presse, lundi 28 septembre, le franchissement du cap symbolique du million de morts, dans la monde, dues au Covid-19. Les révélations du New York Times sur les déclarations fiscales de Donald Trump. Les combats meurtriers au Haut-Karabakh entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan. Du vélo. Et des claquettes-chaussettes.

Publicité

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre iPhone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook

À la une de la presse, le franchissement d'un cap symbolique : depuis son apparition, il y a neuf mois, le Covid-19 a fait près d'un million de morts à travers la planète.

À la une du quotidien français La Croix, le chagrin d'une famille endeuillée de Manaus, au Brésil. Le pays déplore officiellement le deuxième plus grand nombre de morts au monde, près 140 000 personnes, derrière les États-Unis, qui ont franchi la semaine dernière le cap des 200 000 victimes. Parmi elles, beaucoup d'aide-soignants, d'infirmiers, et de médecins – 14 % en moyenne des cas de Covid-19, selon l'Organisation mondiale de la santé. Des personnels de santé auxquels La Croix a choisi rendre hommage, notamment à Li Wenliang, ce médecin et lanceur d'alerte de Wuhan, en Chine, interpellé le 1er janvier dernier, pour avoir diffusé de "fausses rumeurs", et coupable, en réalité, d'avoir eu raison trop tôt. Sa mort, due au Covid-19, à l'âge de 33 ans, a été annoncée le 7 février, sans que nul ne soit informé de l'endroit où reposent ses cendres, comme si les autorités chinoises cherchaient à effacer son souvenir.

À la une également, ces révélations du New York Times, qui affirme que Donald Trump n'a payé que 750 dollars d'impôts fédéraux en 2016, l'année de son élection à la présidence des États-Unis, et autant en 2017. Toujours selon le quotidien américain, le président américain n'aurait "pas du tout payé d'impôt sur le revenu pendant dix des quinze années précédentes, en grande partie parce qu'il (aurait) déclaré plus de pertes d'argent que de gains" - une situation qui expliquerait que Donald Trump, l'un des présidents les plus riches de l'histoire des États-Unis, candidat à sa réélection en novembre prochain, ait toujours refusé de rendre publiques ses déclarations fiscales, contrairement à l'usage établi depuis le milieu des années 70. Cette tradition a pour but, précisément, de permettre aux électeurs de s'assurer qu'un "responsable du gouvernement ayant le pouvoir d'orienter les marchés financiers et monétaires ne cherchera pas à bénéficier financièrement de ses actions".

Il est aussi beaucoup question ce matin des combats meurtriers entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan dans le Haut-Karabakh, une région majoritairement arménienne, qui veut faire sécession de l'Azerbaïdjan. "L'Arménie, soutenue par des États tels que la Russie et la France, joue à nouveau avec le feu", accuse Türkiye. Le quotidien officiel turc, qui soutient l'Azerbaïdjan, présente les affrontements d'hier comme le résultat d'une agression arménienne. "C'est de nouveau la guerre", annonce de son côté le quotidien russe Vedomosti, qui rappelle que les tensions entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie au Nagorny Karabkh ont débuté en 1988, avant de dégénérer en conflit ouvert après l'effondrement de l'Union soviétique - un conflit qui n'a pas été résolu après l'armistice de 1994, et qui a donné lieu à de nouveaux affrontements en 2016, le processus de paix engagé sous la responsabilité du Groupe de Minsk, auquel participent la France, la Russie et les États-Unis, n'ayant jamais abouti à aucun résultat.

La France a condamné hier, par la voix d'Emmanuel Macron, la "trahison" de la classe politique libanaise, après l'échec d'une tentative de former un gouvernement. Le président français a exprimé sa "honte" pour les dirigeants du Liban, toujours sans perspective de sortie de crise, après le renoncement du Premier ministre Moustapha Adib à former un gouvernement. "Distribution de claques… et de vérités":  L'Orient-Le Jour salue l'intervention d'Emmanuel Macron et en particulier ses interpellations "criantes de vérité à l'intention du tandem chiite, et plus spécifiquement du Hezbollah, à qui il a reproché sa 'politique du pire'". "La description que M. Macron a faite de l'état actuel de la gouvernance au Liban donne froid au dos par sa précision chirurgicale", écrit le journal – qui estime que le président a "habilement résumé le résultat d'années de consensualisme qui ont réduit le Liban en une ligue de chefs de clan, dont la clé de fonctionnement réside dans leur capacité à faire des accords entre eux – y compris à caractère mafieux – plutôt que dans un système de lois écrites ou même de droit coutumier".

Impossible de vous quitter sans mentionner la victoire, dimanche, aux Championnats du monde de cyclisme, de Julian Alaphilippe, qui a mis fin à 23 ans de disette française en s'emparant du maillot arc-en-ciel à Imola, en Italie. "Pour l'amour du ciel" : cette victoire redonne la foi à l'Équipe, qui fait état des "frissons éternels" offerts par le cycliste français. Julian Alaphilippe, et les journalistes de L'Équipe, qui vont pouvoir quitter quelques instants les chaussures de cyclisme et se remettre confortablement de leurs émotions en claquettes-chaussettes - car, oui, paraît-il, ce qui était perçu jusqu'alors comme LE pire faux-pas en matière vestimentaire, serait devenu furieusement tendance. The Guardian rapporte qu'on ne compte plus les vedettes s'exhibant désormais en public dans cet accoutrement longtemps réservé aux seuls touristes en goguette. Les temps changent…   

  

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse (du lundi au vendredi, à 7h20 et 9h20 heure de Paris). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

            

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.