Accéder au contenu principal

La Bourse de Paris s'essouffle et perd 0,71%

La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris
La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris ERIC PIERMONT AFP/Archives
3 mn
Publicité

Paris (AFP)

La Bourse de Paris évoluait en baisse de 0,71% lors des premiers échanges mardi, les incertitudes sanitaires et politiques freinant le net rebond de lundi.

A 10H00, l'indice CAC 40 perdait 34,31 points à 4.808,96 points. La veille, il avait grimpé de 2,40%.

La performance de lundi, qui n'efface qu'en partie les 5% de perte de l'indice phare parisien la semaine passée, n'arrive pas à se poursuivre.

"L'environnement de marché reste le même", que celui qui a provoqué la chute des indices, souligne Tangi le Liboux, analyste du courtier Aurel BGC.

Les mesures de restriction liées à la propagation du Covid-19 continuent de se mettre progressivement en place partout en Europe, notamment dans les grandes métropoles.

Ces incertitudes dominent aussi la scène géopolitique, notamment les relations entre la Chine et le gouvernement américain. Ce dernier a décidé "d'imposer des restrictions commerciales plus strictes au géant des semi-conducteurs chinois Smic", explique David Madden, analyste chez CMC Markets.

Toutefois, "l'évènement du jour se déroulera après la clôture européenne: il s'agit du premier débat entre Donald Trump et Joe Biden", estime M. le Liboux. Pour lui, "ce sera surtout la prestation de Joe Biden qui sera scrutée avec intérêt", face au président sortant.

Avant cela, la journée est marquée par le publication de la confiance des consommateurs en zone euro et aux Etats-Unis.

En France, elle est restée stable en septembre, et la confiance dans la situation financière future a dépassé la moyenne de longue période pour la première fois depuis février.

Les chiffres de l'inflation en Allemagne seront aussi regardés, tandis que la Banque centrale européenne semble de plus en plus encline à accommoder encore sa politique monétaire.

Devant le Parlement européen lundi, la présidente de la BCE Christine Lagarde "s"est montrée très circonspecte sur la capacité de l’inflation à retourner vers l'objectif de la BCE de 2%", jugent les analystes de la Banque Postale AM.

Pour eux, "il semble donc que la BCE s'engage vers plus de mesures. Les questions deviennent +quand ?+ et +quels instruments ?+".

- Tarkett flambe -

Du côté des valeurs, le fabricant de revêtements de sols Tarkett s'envolait 19,01% à 10,80 euros au lendemain de la réévaluation de ses prévisions de rentabilité pour l'année.

Le géant du luxe LVMH se maintenait à l'équilibre à 405,90 euros, au lendemain du début de la contre-attaque judiciaire face à Tiffany où il justifie sa décision de ne pas racheter le joaillier.

Fnac Darty reculait de 1,61% à 37,84 euros. Le groupe est en passe de céder sa filiale néerlandaise BCC "pour un prix symbolique" à Mirage Retail Group.

Après leurs forts gains de la veille, les valeurs cycliques et financières subissaient des prises de bénéfices, comme Renault, qui perdait 2,10% à 22,62 euros ou Société Générale qui cédait 2,01% à 11,21 euros.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.