Nouvelle manifestation de salariés de Suez contre l'OPA de Veolia

Paris (AFP) –

Publicité

Plus d'une centaine de salariés - 400 selon la CGT - ont manifesté mardi devant la Tour Engie de la Défense à l'appel de l'intersyndicale du groupe pour protester contre l'OPA projetée par le géant de l'eau et des services Veolia, a constaté l'AFP.

Les salariés scandaient "Veolia, ton OPA on n'en veut pas" ou encore "Jean-Pierre Clamadieu (président d'Engie), on va te chercher chez toi".

Le président d'Engie a salué mardi un projet industriel "solide" de Veolia, qui souhaite racheter ses parts dans Suez, estimant que ce dernier n'a proposé "rien de concret" avant l'expiration de l'offre mercredi.

Suez bataille depuis fin août pour son indépendance, après que son actionnaire principal, Engie, s'est vu offrir par Veolia de lui céder 29,9% de parts pour 2,9 milliards d'euros (15 euros par action).

"Le calendrier s'est resserré donc on vient montrer notre mobilisation", a indiqué à l'AFP Franck Reinhold von Essen, secrétaire (CGT) du comité d'entreprise européen de Suez.

"On a une demande en référé à 15h" au tribunal de Paris pour obtenir la suspension du projet de rachat, "et demain (se tiendra) le conseil d'administration (d'Engie). On attend les résultats mais quoi qu'il se passe on continuera, les salariés de Suez n'iront pas chez Veolia", assure-t-il.

Pour Anne, cadre chez Suez depuis 12 ans et syndiquée à la CFE-CGC, l'offre est une "prise d'otage" où "notre spécificité, notre culture de groupe, notre investissement sont remis en question". Elle "ne croit pas un mot aux engagements pris par le PDG de Veolia (de préserver l'emploi): "depuis 2014 on a eu quatre plans sociaux, pourquoi pas un cinquième ?"

Sylvain, 55 ans, salarié chez Suez depuis 1989, juge que "le projet n’a pas de sens, il affaiblit la position française sur des marchés nationaux et internationaux".

Amer, Stéphane, 37 ans, estime que le président d'Engie a "failli à son poste car il est obligé de céder ce qu'il considérait comme un diamant parce qu'il manque de cash". "C'est une sorte de traîtrise, un dédain vis à vis des salariés".

Le PDG de Veolia, Antoine Frérot, a promis d'améliorer financièrement son offre avant mercredi.