Accéder au contenu principal

Roland-Garros : Novak Djokovic vainqueur face à Mikael Ymer, Kristina Mladenovic s'incline

Le Serbe Novak Djokovic a vaincu le Suédois Mikael Ymer, le 29 septembre 2020, à Roland-Garros.
Le Serbe Novak Djokovic a vaincu le Suédois Mikael Ymer, le 29 septembre 2020, à Roland-Garros. © Gonzalo Fuentes, Reuters
5 mn

À Roland-Garros, le numéro 1 mondial Novak Djokovic s'est joué du Suédois Mikael Ymer, mardi, en trois sets 6-0, 6-2, 6-3. La Française Kristina Mladenovic, elle, s'est inclinée face à l'Allemande Laura Siegemund après avoir semblé prendre l'ascendant. 

Publicité

Le numéro 1 mondial Novak Djokovic s'est baladé, mardi 29 septembre, pour son entrée en lice à Roland-Garros face au Suédois Mikael Ymer (80e), expédié en trois sets 6-0, 6-2, 6-3. De leurs côtés, les Français, à commencer par Kristina Mladenovic qui a perdu après avoir semblé prendre l'ascendant, quittent le tournoi les uns après les autres.

"Djoko" a entamé son match tambour battant : il a bouclé le premier set en seulement vingt minutes, en ne commettant qu'une seule faute directe pour dix points gagnants et en ne laissant que sept maigres points à son jeune adversaire.

S'il est toujours resté souverain ensuite, il a toutefois perdu à deux reprises un break d'avance, en début de deuxième manche, puis dans la troisième, avant de s'imposer en un peu plus d'une heure et demie.

>> À voir aussi : À Roland-Garros, "Une situation inédite, dans le froid et avec peu de public"

"Mon objectif est plus grand : mon ambition est de me battre pour le titre", a-t-il prévenu en souriant, devant le très raréfié public du court Philippe-Chatrier. 

En cas de titre le 11 octobre, le Serbe deviendrait le premier joueur de l'ère Open, et seulement le troisième de l'histoire, après les Australiens Rod Laver et Roy Emerson, à s'offrir au moins deux fois chacun les quatre trophées du Grand Chelem.

Dans le camp des Français, sur les quatre premiers en lice mardi, seule Fiona Ferro a atteint le deuxième tour. Car, outre Mladenovic, Ugo Humbert et Harold Mayot ont été éliminés d'entrée, comme douze autres joueuses et joueurs tricolores depuis dimanche.

Gilles Simon devait encore tenter sa chance face à Denis Shapovalov, tout comme Grégoire Barrère contre Grigor Dimitrov, Richard Gasquet contre  Roberto Bautista, Pauline Parmentier contre Veronika Kudermetova, Quentin Halys contre Marcos Giron et Harmony Tan contre Daria Kasatkina.

Mladenovic en difficulté face à Siegemund

Quand il a plu en début d'après-midi, tous les courts ont été bâchés, et seul le toit du Philippe-Chatrier a permis au jeu de se dérouler, braquant tous les regards sur Mladenovic et son adversaire allemande Laura Siegemund.

La Française, 44e mondiale, n'était plus apparue en tournoi depuis son deuxième tour de l'US Open contre la Russe Varvara Gracheva (102e), son effondrement physique, psychologique, et le psychodrame qui s'ensuivit. Elle menait 6-1, 5-1 service à suivre et semblait se diriger vers une victoire facile. Mais malgré quatre balles de match à 5-2, elle s'était inclinée 1-6, 7-6, 6-0.

Dans la foulée, elle avait avoué à quel point la bulle sanitaire lui pesait, surtout qu'elle avait été placée sous surveillance renforcée après avoir été déclarée cas contact de Benoît Paire. Ce dernier avait lui-même été exclu du tournoi pour un contrôle positif au coronavirus avant le début de la compétition.

Cette fois à Paris, tout a de nouveau très bien commencé pour la Française qui s'est facilement détachée 5-1 dans la première manche et s'est procuré une balle de set. Mais l'arbitre n'a pas vu que la balle de Mladenovic avait rebondi deux fois dans le camp de Siegemund - qui s'est bien gardée de le dire - et la manche s'est poursuivie.

"Je pense que l'arbitre de chaise est la seule personne du court Central à ne pas l'avoir vu... On peut appeler ça le tournant du match. Je ne sais pas quel aurait été le résultat sans ça, mais oui, c'était forcément un point-clé", a commenté la Française.

Mladenovic s'est encore procuré six balles de set, mais sans parvenir à en transformer une seule. Si bien que c'est l'Allemande (66e) qui a conclu la première manche dès sa première balle de set, en ayant aligné six jeux d'affilée.

2020, "une sacrée drôle d'année", ironise Mladenovic

Le visage creusé, la Française a ensuite concédé son service dans la seconde manche, laissant Siegemund mener 5-3, servir pour le match et s'imposer 7-5, 6-3.

Cependant, contrairement à New York, Mladenovic a pris de la hauteur au lieu de s'enfoncer.

"Je n'y peux rien, donc je vais essayer d'être philosophe et de me dire que s'il faut que ça arrive, il fallait que ça arrive en 2020, parce que sérieusement, c'est une sacrée drôle d'année", a commenté la Française. "Honnêtement, si tous les mauvais sorts peuvent arriver en 2020, tant mieux, comme ça on est débarrassé, et on passe à autre chose."

Éliminée également au 1er tour de l'Open d'Australie par Karolina Pliskova, Mladenovic n'a jamais dépassé le deuxième tour en dix tournois cette année.

Pliskova (4e), elle, a concédé la manche d'ouverture de son tournoi parisien avant de s'imposer 6-7 (9/11), 6-2, 6-4 face à l'Égyptienne Mayar Sherif (172e).

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.