Roland-Garros: Bertens quitte le court victorieuse mais en fauteuil roulant

Paris (AFP) –

Publicité

La N.8 mondiale Kiki Bertens, venue à bout de l'Italienne Sara Errani après plus de trois heures de combat, n'a pu quitter le court N.14 qu'en fauteuil roulant, le corps tétanisé et perclus de crampes, au deuxième tour de Roland-Garros mercredi.

Bertens a même écarté une balle de match à 6 jeux à 5 dans la manche décisive, avant de l'empocher 9 jeux à 7 (7-6 (7/5), 3-6, 9-7) et de s'effondrer à terre.

Cuisses, bras, et même doigts: tout le corps de la Néerlandaise avait l'air de la faire souffrir sur sa chaise à même le court, où elle s'est réfugiée après s'être imposée au bout de l'effort.

Ni l'intervention du médecin ni les massages et les poches de glace prodiguées par le kiné ne l'ont visiblement soulagée. Si bien que c'est en fauteuil roulant, et en laissant échapper un dernier cri de douleur, qu'elle a fini par être évacuée du terrain, de longues minutes après sa victoire.

La tête de série N.5 allait "beaucoup mieux" quelques heures plus tard en conférence de presse. "Je ne sais pas ce que c'était exactement", a-t-elle expliqué après 45 minutes de soin. "Mes crampes se sont arrêtées au bout de 30 minutes."

"Je ne me sentais pas bien, j'avais des crampes comme tout le monde a pu le voir, mais c'était étrange parce que je ne me sentais pas fatiguée et que je suais beaucoup, j'avais froid", a encore dit la Néerlandaise.

Errani, qui s'était moquée après un point gagné des pépins physiques de son adversaire en l'imitant claudicante, a quitté le court en poussant un juron.

"Pendant les points, elle n'avait aucun problème, c'était seulement d'un point à l'autre" que Bertens avait mal, a estimé l'Italienne, lui reprochant d'exagérer et de lui donner le mauvais rôle.

"Je n'aime pas qu'on se moque de moi. (...) A un moment elle était blessée, à un autre elle courait comme un lapin", a encore dit la finaliste de l'édition 2012.

Errani s'est aussi fait remarquer pendant le match par ses difficultés récurrentes au service, qui l'ont notamment empêchée de conclure alors qu'elle servait pour le match. "J'ai beaucoup de problèmes avec cela ces deux dernières années", a-t-elle reconnu.