Le Championnat d'Italie rattrapé par le coronavirus, Genoa-Torino reporté

Rome (AFP) –

Publicité

Premier touché au printemps, le Championnat d’Italie est rattrapé par le coronavirus avec le report de Genoa-Torino, prévu samedi, et une surveillance renforcée à Naples, après les tests positifs de onze joueurs du club génois.

Pas de suspension du championnat, comme l'avait évoqué un membre du gouvernement italien mercredi. Mais le Genoa a obtenu le renvoi de son match, en raison d'un effectif décimé et d'une préparation perturbée, les joueurs sains n'ayant pas eu accès aux installations d'entraînement.

"Ce report est logique. Si ça n'avait pas été décidé, qui serait descendu sur le terrain, moi et Faggiano?", a réagi le président du Genoa, Enrico Preziosi, en citant son directeur sportif, au micro de Radio Kiss Kiss.

Selon les derniers tests, douze joueurs et quatre membres du staff technique sont désormais positifs au coronavirus, soit deux de plus que le chiffre annoncé lundi soir.

Deux d'entre eux - le gardien Mattia Perin et le milieu danois Lasse Schöne - avaient été testés positifs en fin de semaine dernière et n'avaient pas fait le déplacement pour le match perdu (6-0) à Naples dimanche. une semaine, il pourra demander le report, mais seulement une fois.

- Une règle "pour tous" -

Une clarification réclamée par le président du Torino, Urbano Cairo: "La chose importante est qu'une règle ait été établie, pour tous, comme l'UEFA l'avait fait. C'est dommage qu'on ait mis aussi longtemps, car c'était prévisible que ce type de situations allait se produire à l'automne", a-t-il souligné au micro de Sky Sport.

Les cas groupés du Genoa ont évidemment également soulevé un vent d'inquiétude du côté de Naples, son dernier adversaire, qui est attendu chez la Juventus Turin dimanche.

Huit des onze cas positifs du Genoa ont joué à Naples. Et plusieurs photos ont circulé dans la presse montrant des joueurs napolitains et génois s'invectivant de près pendant la rencontre ou se saluant après, comme l'entraîneur du Napoli Gennaro Gattuso avec le joueur du Genoa Valon Behrami, testé positif depuis.

Plusieurs séries de tests sont prévues jusqu'à samedi à Naples. La première n'a révélé aucun cas positif.

Ce retour de la pandémie de coronavirus en Serie A, au moment où l'attaquant suédois de l'AC Milan Zlatan Ibrahimovic est à l'isolement après avoir été testé positif la semaine dernière, avait suscité un débat mercredi entre membres du gouvernement italien.

La sous-secrétaire italienne à la Santé, Sandra Zampa, avait plaidé pour une "suspension" du championnat, avant de revenir sur ses propos. Le ministre des Sports Vincenzo Spadafora, cité par des médias italiens, avait toutefois estimé que "les conditions n'étaient pas réunies pour stopper le championnat".

"Bien que déterminés à la mise en oeuvre des compétitions, notre action est toujours menée dans le souci de protéger la santé et limiter la diffusion du virus", a souligné jeudi le président de la Fédération italienne de football (FIGC), Gabriele Gravina, après l'adoption des nouvelles règles.

En Italie, qui fut le premier pays touché en Europe par le coronavirus, la Serie A avait été interrompue entre début mars et fin juin.

La nouvelle saison a démarré le 19 septembre, avec un léger assouplissement au niveau des stades: jusqu'à un millier de personnes peuvent désormais assister aux matches de Serie A.

Mais les experts chargés de conseiller le gouvernement ont écarté la semaine dernière une ouverture élargie, au vu des conditions sanitaires actuelles en Italie et dans l'attente des éventuels effets de la rentrée scolaire sur la courbe épidémiologique.