Cyclisme: Bardet voulait "finir sur une autre image qu'un abandon" au Tour avec AG2R

Liège (Belgique) (AFP) –

Publicité

Romain Bardet, qui retrouvera la compétition mercredi sur la Flèche brabançonne après son abandon du Tour de France en raison d'une commotion cérébrale, voulait "finir sur une autre image" son aventure avec AG2R avant de rejoindre l'équipe Sunweb, a-t-il confié vendredi lors d'une visioconférence de presse.

Q: Comment avez-vous décidé de reprendre ?

R: "Ça va faire trois semaines aujourd'hui (vendredi) jour pour jour (qu'il a abandonné après sa chute lors de la 13e étape du Tour de France). Quand c'est arrivé, le compte à rebours était lancé parce que je voulais vraiment recourir cette année en prenant toutes les précautions nécessaires pour ne pas me mettre en danger. J'ai observé dix jours d'inactivité mais après cinq premiers jours vraiment difficiles, derrière j'ai senti que je commençais à récupérer. J'ai fait le deuil rapidement des vraies ardennaises parce qu'il y avait un délai incompressible de trois semaines sans effort maximum. Mais dans un coin de ma tête, si tout se passait bien, ma volonté était de mettre un point d'honneur à finir sur une autre image qu'un abandon sur une course. Ca aurait été très réducteur par rapport à ce qu'on a vécu avec l'équipe."

Q: Allez-vous disputer le Tour des Flandres le 18 octobre ?

R: "Je voulais finir la saison sur des classiques. Je vais vraiment me jeter dans l'inconnu. Ce sera sans aucune ambition personnelle sur ces dernières courses. Si je vois que je ne suis pas au niveau la semaine prochaine, Paris-Tours (le 11 octobre) sera ma fin de saison. Bien sûr, j'ai toujours envie (de découvrir le Tour des Flandres) mais il est trop tôt pour le dire, il y a un groupe de classiques très compétitif. J'aimerais rendre la pareille à mes équipiers, notamment à Oliver (Naesen). Si je vais au Tour des Flandres ce sera pour l'aider, pas dans le final mais au moins pour lui être utile avant. On va vite être fixé, je saurai si c'est réaliste d'y participer. Honnêtement, c'est du 50-50."

Q: Avez-vous regardé le Championnat du monde dimanche ?

R: "C'était magnifique, on a vu surtout un magnifique esprit de l'équipe de France qui a couru à la perfection. Chacun a tenu son rôle. J'ai bien reconnu l'esprit que Thomas Voeckler a insufflé au groupe. Et puis c'est la consécration pour Julian qui tournait autour depuis de nombreuses années. Forcément c'était un grand moment pour le cyclisme français. Et je crois que ça va être un magnifique champion du monde. C'est un coureur qui brille non seulement sur tous les terrains mais aussi tout au long de la saison. Ça va être un magnifique ambassadeur de notre sport. Il arrive dans la force de l'âge et ça arrive à point nommé pour tout le monde."

Propos recueillis en visioconférence de presse