Accéder au contenu principal

Octobre rose : les malades du cancer, victimes collatérales du Covid-19

Affiche de la campagne lancée dans le cadre de l'opération Octobre rose, le 1er octobre 2020.
Affiche de la campagne lancée dans le cadre de l'opération Octobre rose, le 1er octobre 2020. © RoseUp
|
Vidéo par : FRANCE 2
10 mn

À l’occasion d’Octobre rose, opération destinée à sensibiliser et soutenir la recherche autour du cancer du sein, médecins et bénévoles tirent la sonnette d’alarme quant aux prises en charge tardives des malades en raison de la pandémie de Covid-19.

Publicité

Si certains patients ont échappé au Covid-19, ils ne se sortiront pas indemnes de leur cancer, faute de prise en charge rapide. C’est la raison pour laquelle, entre deux vagues de Covid-19, les professionnels de santé sont déterminés à faire déferler une autre vague, rose, sur la toute France. À l’occasion de l’opération Octobre rose, médecins et bénévoles comptent alerter sur les conséquences de la prise en charge tardive des patients atteints de cancers, victimes invisibles de la crise sanitaire.

Les inquiétudes des médecins portent d’abord sur le dépistage, étape essentielle pour la prise en charge d’un patient. Pendant toute la durée du confinement, tous les dépistages contre le cancer ont été annulés par l’Institut national du cancer dans le but d'endiguer l'épidémie. Une aberration pour Céline Lis-Raoux, directrice de l’association RoseUp qui édite Rose magazine et gère deux maisons roses, engagées dans la lutte contre le cancer du sein. "Il n’y avait aucune raison d’arrêter ces dépistages surtout dans les territoires où l’épidémie de Covid-19 était peu répandue. Perdre ne serait-ce qu’un mois dans le traitement de certains cancers agressifs s’avère déterminant, voire fatal pour la suite."

"Une grande détresse"

Si les dépistages ont repris à l’issue du confinement, les femmes qui présentaient des signes de cancer du sein ne sont pas forcément revenues dans les centres de détection, ni dans les cabinets de gynécologie. "Il y a eu un tel discours de panique des autorités à travers les médias que les femmes ont eu plus peur d’attraper le Covid-19 en sortant de chez elles que de faire une mammographie, poursuit Céline Lis-Raoux dans un entretien à France 24. C’est très dommage parce que le cancer du sein peut être vite et bien soigné s’il est pris à temps. Attendre l’année d’après pour se faire dépister, c’est prendre le risque de mourir d’une maladie, dont on aurait pu guérir."

Les interventions jugées "non urgentes" de tous les cancers ont également été repoussées pendant le premier mois du confinement. Une décision prise dans le but de réserver les moyens matériels et humains des blocs opératoires et d’anesthésie à la lutte contre le coronavirus. Selon une récente enquête de l'association Patients en Réseau,  61% des chirurgies ont ainsi été annulées. Un choix stratégique que certains responsables associatifs remettent en cause. "De nombreuses femmes ont été privées de traitement pendant plusieurs mois, regrette la directrice de RoseUp. C’est un temps précieux pour les malades qui savent que certains cancers peuvent devenir métastatiques en quelques mois."

>> À lire : "À cause du Covid-19, je n’aurai pas d’enfant"

Enfin, les examens de suivi ont eux aussi pris du retard. Les cabinets qui pratiquent habituellement les IRM et les radiographies ont dû fermer le temps de réorganiser les locaux avec les mesures sanitaires imposées. À leurs réouvertures, ils ont dû drastiquement réduire le nombre de rendez-vous pour respecter les gestes barrières. "Encore du temps perdu pour tous les patients, explique Céline Lis-Raoux. Et que dire sur le plan psychologique de cette attente ! Ne pas connaître l’état de l’avancée de sa maladie pendant près de six mois, c’est une situation insupportable. Au sein de notre association, nous avons pu assurer un soutien psychologique par téléphone. Car beaucoup de patientes de cancer du sein se trouvaient dans une grande détresse."

Une surmortalité de 2 % à 5 %

Une étude publiée par les chercheurs de Gustave-Roussy, premier centre de lutte contre le cancer en Europe, situé en région parisienne, révèle de sombres données. "Nous avons estimé que les retards de prise en charge causeront à cinq ans une surmortalité de 2 %, prévient Aurélie Bardet, statisticienne en charge de l'étude, dans un article en ligne de RoseUp. En d’autres termes, d’ici la fin de l’année, environ 5 000 patients seront pris en charge à Gustave-Roussy. On sait que dans cinq ans, 2 000 d’entre eux seront décédés de leur cancer. Parmi ces 2 000 décès, 50 seront dus aux retards de prise en charge en raison de la pandémie."

Cette étude est d’autant plus alarmante qu’elle se basait sur un retour massif des patients en septembre et l’absence de nouvelle vague. "Nous avions tout de même envisagé une hypothèse plus pessimiste dans laquelle les patients seraient revenus plus tardivement, poursuit Aurélie Bardet. Selon ce nouveau scénario, la surmortalité atteindrait 4,6 %. Mais il apparaît que ce dernier scénario était encore trop optimiste puisque, aujourd’hui, non seulement la pandémie reprend, mais nous n’avons pas récupéré le flux historique de nos patients. Cela signifie que non seulement nos patients diagnostiqués ne sont pas tous revenus pour démarrer ou continuer leurs traitements, mais nous n’avons pas non plus accueilli les patients qui auraient dû être diagnostiqués depuis."

Quand on sait que le cancer tue chaque année en France environ 150 000 personnes dont 12 000 femmes du cancer du sein, "une augmentation de la mortalité de 5 %, c’est absolument énorme, s’inquiète Céline Lis-Raoux. Surtout que cette étude ne concerne que les patients suivis à Gustave-Roussy, c’est-à-dire une population qui a accès aux soins et qui se soucie de sa santé. Ce n’est pas le cas sur l’ensemble du territoire."

Des conséquences dans quatre à cinq ans

Mais le tableau n’est pas aussi noir, si l’on en croit certains médecins à l’instar de Paul Cottu, chef de département adjoint d’oncologie médicale de l’Institut Curie. "À l’heure actuelle, rien ne permet d’étayer l’hypothèse selon laquelle le Covid-19 aura un impact sur le cancer du sein, déclare-t-il au HuffPost. La seule chose que l’on peut dire, c’est ce qu’on ne peut pas dire. Oui, quelques patientes ont peut-être décalé des rendez-vous, mais à quelques rares exceptions, elles ont compris que le cancer était quelque chose de grave et sont suivies", poursuit-il. Et de conclure : "Ce cancer est une maladie qui évolue lentement", il n’est donc "pas du tout certain" que cela aura un "impact réel".

Quoi qu’il en soit, il est encore trop tôt pour connaître les conséquences réelles sur les patients atteints de cancer. "On ne percevra pas les effets du Covid-19 cette année mais dans quatre ou cinq ans seulement. Car les  retards de dépistage ou de suivis n’entraînent pas forcément d’impact immédiat mais peuvent occasionner une moindre efficacité des traitements par la suite, altérant à long terme le taux de survie de certains patients."

En attendant, selon l'Institut national du cancer, les patients atteints de la maladie ont quatre à cinq fois plus de risques de développer une forme sévère du Covid-19 s’ils sont infectés par le virus. Leur système immunitaire affaibli par certains traitements, dont la chimiothérapie, les rend plus fragiles. 

Ce n’est pas la première fois que les malades de cancer pâtissent de crises exogènes. Des études avaient déjà démontré que la crise financière des subprimes survenue en 2007, qui avait mis à mal l’économie mondiale, avait eu des conséquences dramatiques sur les dépistages des patients. Selon une étude parue en mai 2016 dans la revue médicale britannique The Lancet, la hausse du chômage et les coupes budgétaires dans le secteur de la santé, consécutifs à la crise, avaient contribué à une surmortalité par cancers de plus d'un demi-million de personnes dans le monde.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.