Roland-Garros: "C'est fou", se réjouit Gaston

Paris (AFP) –

Publicité

"C'est quelque chose de fou", a répété le jeune Hugo Gaston, 239e mondial et bénéficiaire d'une invitation, qualifié pour les huitièmes de finale de Roland-Garros dès sa première participation au bout d'un exploit en cinq sets aux dépens de Stan Wawrinka, ex-N.3 mondial aujourd'hui 17e, vendredi.

Le gaucher toulousain, vingt ans depuis moins d'une semaine, s'est imposé 2-6, 6-3, 6-3, 4-6, 6-0 en un peu plus de trois heures. C'est sa première victoire face à un joueur du top 20.

Q: Qu'est-ce que ça représente de battre Wawrinka en lui infligeant un 6-0 dans le cinquième set ?

R: "C'est quelque chose de fou pour moi. Dans le dernier set, je suis resté concentré sur mon jeu, pour jouer tous les points à fond, et ça a fonctionné. J'ai essayé de varier, et je suis très content parce que ça s'est bien passé. Je sais que Stan (Wawrinka) n'aime pas forcément quand il y a beaucoup de variations. C'est mon jeu, j'ai su varier au bon moment. C'était vraiment un super match."

Q: Qu'avez-vous ressenti après la balle de match ?

R: "Je me retourne direct, je regarde mon entraîneur (Marc Barbier, ndlr), ma famille. Ce sont des choses inoubliables. Que ma famille soit là pour assister à ça, c'est inoubliable. Je pense que je vais réaliser demain (samedi) ce qui se passe."

Q: Vous montrez très peu vos émotions...

R: "Je suis comme ça, je ne montre pas forcément mes émotions mais à l'intérieur je suis très content. Je ne réalise pas encore ce qui se passe. Mais il y a forcément beaucoup d'émotion et de joie après cette victoire."

Q: A quel moment vous-êtes vous dit que c'était possible ?

R: "Dès le début, je suis rentré sur le terrain pour gagner, même si je savais que ça allait être un match très compliqué et même si je perds le premier set 6-2. Le premier set a été vraiment compliqué, mais après, j'ai su me relâcher, faire mon jeu, être plus créatif, et ça a fonctionné, j'ai réussi à m'en sortir. C'est vraiment quelque chose de fou pour moi."

Q: Avez-vous ressenti de l'appréhension à l'idée de jouer Wawrinka, sur le Lenglen, à Roland-Garros ?

R: "Franchement, il n'y a pas eu vraiment de panique. Marc, mon entraîneur, m'a dit: +Stan, il a deux bras et deux jambes comme toi, donne le maximum et tu verras bien, mais prends du plaisir et n'aie pas de regrets. Forcément, quand je suis rentré sur le court, j'étais un peu perturbé, car Stan est un très grand joueur, on était sur un grand court, mais j'ai su me relâcher au deuxième set et jouer mon jeu."

Q: Vous surprenez-vous vous-même ?

R: "Je sais que je suis capable de très bien jouer. Après, forcément, être en huitièmes de finale à Roland-Garros, je ne m'y attendais pas. Je suis rentré sur le terrain au premier tour pour donner le maximum sur tous les points, et maintenant, je suis en huitièmes de finale, c'est fou pour moi ! Je sais que c'est un exploit mais j'essaie de rester concentré sur moi, sur ce que je peux maîtriser."

Q: Quel rôle a joué votre victoire contre Nishioka, qui est aux portes du top 50, au tour précédent ?

R: "Ca me prouve que j'ai le niveau pour jouer et battre ce genre de joueurs. Je n'ai pas d'expérience à ce niveau (de la compétition), alors je me sers de tous les matches pour essayer de faire le mieux possible. Le match d'aujourd'hui (vendredi) était encore mieux je pense, j'étais très concentré du début à la fin, je suis vraiment content à ce niveau-là."

Q: Vous allez désormais défier Dominic Thiem...

R: "Je me sens fatigué avec l'adrénaline, mais j'ai encore de l'essence. Je vais profiter et récupérer, c'est super ce qui se passe pour le moment. Je ne vais pas me mettre de pression, essayer de jouer comme aujourd'hui (vendredi), relâché."

Propos recueillis en conférence de presse.