Accéder au contenu principal

Tour d'Italie: un chrono-record pour commencer

L'Italien Filippo Ganna  lors du contre-la-montre des Championnats du monde de cyclisme sur route, à Imola, le 25 septembre 2020
L'Italien Filippo Ganna lors du contre-la-montre des Championnats du monde de cyclisme sur route, à Imola, le 25 septembre 2020 Marco BERTORELLO AFP/Archives
4 mn
Publicité

Palerme (Italie) (AFP)

Le Giro commence samedi en Sicile par un contre-la-montre spectaculaire pour un premier maillot rose convoité par les grands rouleurs du peloton, l'Italien Filippo Ganna en tête.

Ganna favori pour le rose:

De Monreale, la ville de la cathédrale bâtie à l'époque de l'occupation normande, au centre de Palerme, la cité millénaire de Sicile, le parcours des 15,1 kilomètres promet une moyenne très élevée. Proche, peut-être, du record de vitesse dans le Giro qui date de 2001 (58,874 km/h par le Belge Rik Verbrugghe, sur 7,1 km à Pescara).

Une côte initiale d'environ 1 kilomètre, d'une pente moyenne de 7% avec un passage très raide à 18%, pour rejoindre la cathédrale, précède une descente de 3 kilomètres agrémentée de deux virages serrés avant la traversée de Palerme, le plus souvent rectiligne et plane, donc ultra-rapide.

Encore plus que le détenteur du record de l'heure, le Belge Victor Campenaerts, c'est Ganna, sacré champion du monde du contre-la-montre la semaine passée, qui se présente en favori. Pour se préparer au départ en côte, le géant italien (1,93 m) est allé en début de semaine grimper la montée d'Oropa, près de chez lui.

"C'est mon premier Giro, je dois rester calme", annonce le Piémontais qui étrennera son maillot arc-en-ciel avec l'espoir d'endosser le maillot rose. Son équipe Ineos a opté pour un départ anticipé, tout comme pour son chef de file gallois Geraint Thomas, dans le souci de bénéficier d'une météo optimale.

Les "vieux" à la rescousse:

Le temps presse pour les "trentenaires", Geraint Thomas, le Danois Jakob Fuglsang, le Néerlandais Steven Kruijswjk, s'ils veulent inscrire leur nom au palmarès du Giro qui en est à sa 103e édition. Encore plus pour le plus âgé, l'Italien Vincenzo Nibali (36 ans en novembre), le plus titré des 176 coureurs du peloton, qui postule à une troisième victoire dans "sa" course.

Premier favori au départ, Thomas n'a été devancé dans Tirreno-Adriatico que par le Britannique Simon Yates, lui aussi sérieux candidat au maillot rose. Preuve que le Gallois (34 ans) a surmonté son éviction du Tour de France, pour cause de résultats insuffisants. A son avantage, il dispose de 64,9 kilomètres de contre-la-montre pour faire la différence.

"Je suis à un âge où je dois chercher à profiter de toutes les opportunités qui se présentent", a annoncé le vainqueur du Tour de France 2018. Il a rejeté toute pression supplémentaire lors de la présentation des équipes dans le décor unique du temple antique de Segeste: "Cela me fait plaisir d'être considéré comme le favori mais, en trois semaines, il peut se passer beaucoup de choses, ente la météo, la montagne et tout le reste."

La carte jeune du Giro:

L'exemple Tadej Pogacar, vainqueur inattendu du Tour, est-il transposable au Giro ? Un an après le succès-surprise de l'Equatorien Richard Carapaz, l'hypothèse est loin d'être à exclure. D'autant qu'un débutant, le Russe Aleksandr Vlasov (24 ans), troisième du Tour de Lombardie, présente le profil adéquat en cette saison troublée en profondeur par le coronavirus.

Dans l'ombre de Fuglsang, le leader de l'équipe Astana, Vlasov est à même de tirer profit des mouvements de course, habituels sur le Giro traditionnellement moins verrouillé que le Tour. Encore faut-il tenir bon ensuite dans la haute montagne qui sera abordée en troisième semaine, avec des passages à plus de 2700 mètres (Stelvio, Agnello), si la météo l'autorise à cette période tardive de l'année.

Pour la jeune génération incarnée aussi par le Portugais Joao Almeida (22 ans) lui aussi néophyte des grands tours, l'occasion est belle de se distinguer. Le Giro offre une superbe vitrine que le Slovaque Peter Sagan, pourtant élevé dans une équipe italienne, découvre seulement à l'âge de 30 ans.

"Je suis ici pour gagner des étapes et viser le maillot cyclamen (du classement par points)", annonce l'ex-triple champion du monde, pour la première fois dominé au Tour de France dans la lutte pour le classement par points. Pour lui, le Giro sonne comme une revanche.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.