Roland-Garros: Fiona Ferro ne se "fixe pas de limites"

Paris (AFP) –

Publicité

"Je ne me fixe pas de limites": Fiona Ferro, 23 ans, a affiché ses ambitions samedi, après avoir décroché son tout premier 8e de finale en Grand Chelem en battant Patricia Maria Tig, 7-6 (9/7), 4-6, 6-0, au troisième tour de Roland-Garros.

Mettant l'accent sur le gros travail qu'elle a effectué au niveau mental, la 49e mondiale aborde la tête froide et très sereinement son prochain tour face à Sofia Kenin, lauréate de l'Open d'Australie en début d'année et 6e mondiale, ainsi que la suite du tournoi et de sa carrière.

Q: Comment te sens-tu après cette victoire ?

R: "Je suis très contente. C’était un combat long et difficile. Elle ne donnait pas beaucoup de points et pratiquait un style de jeu totalement différent de mon adversaire précédente (...) Ca a été très accroché. J'aurais peut-être pu faire tourner la partie un peu plus tôt, à 2-2 au deuxième set. Mais j'ai mis un coup d'accélérateur au troisième. J'ai réussi pas mal d'amorties. Je suis contente car c'est un coup que j'utilise peu d'habitude, et là ça m'a rapporté beaucoup de points (...) Je suis très satisfaite de mon attitude, je suis restée très positive, je n'ai rien montré. En coup droit, j'aurais certes pu être plus précise. Mais le point positif, c'est que j'ai un autre match pour faire mieux dans deux jours".

Q: Qu'est-ce qui a fait la différence selon toi ?

R: "C'est clairement grâce au mental. J'ai su rester positive, ne rien montrer, ça m'a permis de ne pas dépenser d'énergie inutile. Ca a notamment été très utile au 3e set. J'ai connu une évolution constante sur ce point-là depuis quelque temps. Je montre moins d’émotions qu'avant. Depuis le début de saison, j'arrive à rester assez stable (dans l'attitude durant les matchs). Aujourd'hui je sens que c'est là où je peux faire la différence par rapport à d'autres filles (...) Physiquement aussi, je me sens très bien, je pense que j'aurais pu jouer encore un set si cela avait été nécessaire"

Q: Comment envisages-tu la suite du tournoi et de ta carrière ?

R: "Là pour l'instant, c'est le moment de savourer. Demain ce sera le moment de se préparer. Kenin est une adversaire qui a un bon tennis, elle prend la balle très tôt. Il va falloir que j'impose mon jeu, que je la fasse se déplacer, car quand elle n'a pas à courir, elle est vraiment très performante. (Pour la suite) Je ne me fixe pas de limites. Sur le circuit féminin, tout le monde peut battre tout le monde. J'essaie juste de faire mieux et de d'évoluer à tous les matches mais (pour le moment) le tournoi n'est pas terminé. Je suis déjà concentrée sur ma récupération et sur le prochain match. C’est très positif d’être à ce stade du tournoi mais ce n’est pas une fin en soi d’être en huitièmes de finale".

Propos recueillis en conférence de presse