Camion charnier au Royaume-Uni : un procès s'ouvre à Londres

Des agents de la police scientifique britannique examinant un camion contenant 39 cadavres, dans le parc industriel de Waterglade à Grays, à l'est de Londres, le 23 octobre 2019.
Des agents de la police scientifique britannique examinant un camion contenant 39 cadavres, dans le parc industriel de Waterglade à Grays, à l'est de Londres, le 23 octobre 2019. © Ben Stansall, AFP

Quatre suspects sont jugés à partir de lundi à Londres pour leur implication présumée dans la mort de 39 migrants vietnamiens, il y a un an. Leurs corps avaient été retrouvés dans un camion frigorifique près de la capitale anglaise. Des condamnations ont déjà eu lieu le 15 septembre au Vietnam, les premières dans cette affaire. 

Publicité

Près d'un an après l'effroyable découverte de 39 migrants vietnamiens morts dans un camion frigorifique en Angleterre, quatre hommes sont jugés à partir de lundi 5 octobre à Londres, lors du premier procès au Royaume-Uni dans cette affaire.

Les deux principaux suspects, le chauffeur du camion dans lequel les corps avaient été retrouvés et un Nord-Irlandais soupçonné d'avoir organisé le mouvement des chauffeurs participant au trafic, ont quant à eux plaidé coupable et feront l'objet d'une audience ultérieure pour déterminer leur peine.

Les quatre hommes dont le procès s'ouvre à la cour criminelle de l'Old Bailey à Londres, âgés de 23 à 43 ans, sont poursuivis pour homicides involontaires ou pour aide à l'immigration clandestine. Ils contestent les infractions qui leur sont reprochés.

Le 23 octobre 2019, les corps de 31 hommes et de 8 femmes, dont deux adolescents de 15 ans, avaient été découverts à bord d'un conteneur dans la zone industrielle de Grays, à l'est de Londres. Le conteneur provenait du port belge de Zeebruges.

Un appel à l'aide 

Parmi les victimes, Pham Thi Tra My, 26 ans, avait envoyé un SMS glaçant à ses proches, quelques heures avant la découverte des corps : "Maman, papa, je vous aime très fort. Je meurs, je ne peux plus respirer".

Nombre des victimes de ce drame étaient originaires d'une région pauvre du centre du Vietnam, où les familles s'endettent à hauteur de milliers de dollars pour envoyer l'un des leurs au Royaume-Uni, via des filières clandestines, dans l'espoir qu'ils y trouvent des emplois rémunérateurs.

Le drame a mis en lumière les dangers de l'immigration clandestine, avec des trafiquants sans scrupules qui profitent de la vulnérabilité des candidats, ces derniers finissant souvent dans des bars à ongles ou des fermes à cannabis illégales au Royaume-Uni, réduits à un état de semi-esclavage.

Sept personnes ont été condamnées le 15 septembre au Vietnam pour leur rôle dans le trafic, les premières sanctions pénales prononcées dans cette affaire.

Des recherches au-delà des frontières britanniques  

Un tribunal de la province de Ha Tinh, située dans le centre du pays, a prononcé contre quatre Vietnamiens âgés de 26 à 36 ans des peines allant de deux ans et demi à sept ans et demi de détention. Ils ont été reconnus coupables d'avoir participé à différents degrés à "l'organisation du trafic illicite de migrants". Trois autres ont été condamnés à des peines de prison avec sursis.

Des enquêtes ont également été ouvertes en France et en Belgique, 13 suspects ont été inculpés dans chacun des deux pays. Ils avaient été interpellés lors d'une vaste opération de police internationale, coordonnée par l'organisme de coopération judiciaire Eurojust.

Le gouvernement britannique, qui a fait du contrôle de l'immigration après le Brexit un cheval de bataille, est récemment confronté à un nombre record de tentatives de traversée de la Manche depuis la France, dans des embarcations souvent sommaires, par le biais de passeurs. 

Dimanche, la ministre de l'Intérieur, Priti Patel, a annoncé une refonte en profondeur du système de demande d'asile au Royaume-Uni, sans préciser les modalités. Des propositions telles que retenir les demandeurs sur de vieux ferrys, voire sur des plateformes désaffectées en mer du Nord ou sur des îles britanniques au milieu de l'Atlantique ont été évoquées par la presse.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine