Accéder au contenu principal

Roland-Garros: Mary Pierce "motivée et déterminée" à aider le tennis français

L'ancienne joueuse de tennis profesionnelle française Mary Pierce, durant une session photo, le 2 octobre 2020 à Paris
L'ancienne joueuse de tennis profesionnelle française Mary Pierce, durant une session photo, le 2 octobre 2020 à Paris JOEL SAGET AFP
5 mn
Publicité

Paris (AFP)

Vingt ans après sa victoire à Roland-Garros, Mary Pierce a les yeux tournés vers l'avenir: la Franco-Américaine se dit prête à s'engager davantage auprès de la jeune génération pour sortir le tennis français de son atonie.

"Je pense qu'il y a du boulot", explique-t-elle dans un entretien à l'AFP. Pierce, dernière représentante du tennis français à avoir remporté Roland-Garros (hommes et femmes confondus), ne mâche pas ses mots quand elle évoque l'état du tennis tricolore.

Et ce Roland-Garros 2020 semble lui donner raison. Seul quatre Français, dont deux de 20 ans ou moins, ont atteint le stade du 3e tour. Et une seule d'entre eux, Fiona Ferro, sera finalement présente en deuxième semaine.

Une preuve pour l'ancienne N.3 mondiale que c'est vers les jeunes qu'il faut désormais se tourner. Sans rien s'interdire.

Le tennis, "il faut commencer jeune, faire de la détection, y compris dans les banlieues ou dans les cités, il faut donner une opportunité à tout le monde".

Pour elle, le salut passera aussi par un changement de mentalité.

"Il faut changer de culture, faire comprendre qu'il faut travailler dur, que rien n'arrive facilement, qu'il faut être patient, persévérer. Aujourd'hui, je pense qu'avec les réseaux sociaux, certains peuvent penser que tout est facile, alors dès que ça commence à être difficile, les jeunes abandonnent. Ce n'est pas comme ça qu'on va arriver à faire de grandes choses dans la vie et dans le tennis", estime celle qui a remporté 18 titres sur le circuit WTA.

Et pour s'imposer à Roland-Garros ? Il n'y a pas de secret, "il faut s'entraîner beaucoup plus dehors sur terre battue, tout au long de l'année", estime Pierce, rappelant qu'elle-même a "grandi sur la terre battue en France et aussi aux USA" avant son double sacre - en simple et en double associée à Martina Hingis - Porte d'Auteuil en 2000.

"C'est fou, je n'arrive pas à croire que ça fait 20 ans déjà ! Cela fait beaucoup d'années qui sont passées. Mais c'est passé aussi très vite. Je me souviens de cette victoire comme si c'était hier. Je n'ai que de bons souvenirs des émotions qui remontent. Je suis très heureuse, très fière et très reconnaissante" (pour ce qu'elle a vécu), relate celle qui a aussi remporté en 1995 l'Open d'Australie.

- "c'est dans mon ADN" -

Mais la championne, aujourd'hui âgée de 45 ans, n'est pas du genre à s'appesantir longtemps sur le passé. Ce qui l’intéresse désormais, c'est "d'apporter (s)on expérience et (s)on vécu au tennis français".

"La France est dans mon cœur, et bien sûr le tennis est dans mes veines. (...) J'ai envie de donner, ça correspond à ce que je suis, c'est dans mon ADN, je suis quelqu'un qui aime donner, partager, transmettre", explique l'ancienne capitaine adjointe de Fed Cup.

Au sein de l'académie Mouratoglou, Pierce conseille déjà, aux côtés de leur entraîneur, la jeune Américaine Clervie Ngounoue, 14 ans, et Eliakim Coulibaly, 18 ans originaire de Côte d'Ivoire, des "futures stars" selon elle. Ils "ont de grands buts et des rêves. Ce sont des projets très intéressants (...) J'aime beaucoup travailler en équipe".

Elle a aussi participé à "Sur la voix des champions", une création musicale à destination des apprentis joueurs de tennis diffusée pendant Roland-Garros. "Le travail paye (...) Le plus important c'est de toujours essayer d'apprendre. Il faut être prêt à souffrir tous les jours pour être le meilleur possible", peut-on l'entendre dire, aux côtés d'autres grands champions comme John McEnroe, Martina Navratilova ou Yannick Noah.

La dernière Française à s'être imposée Porte d'Auteuil veut désormais passer le témoin. "Je me souviens très bien quand Françoise Dürr m'a donné cette Coupe quand j'ai gagné en 2000 Roland-Garros, c'est quelque chose d'unique qu'on ne vit qu'une fois dans sa vie. J'ai ce sentiment que, maintenant, c'est à moi de donner une coupe à une jeune Française que peut-être j'aurais détectée, entraînée conseillée. Comme ça, la boucle serait bouclée".

De là à entraîner aussi un joueur comme Amélie Mauresmo l'a fait auprès de Lucas Pouille et Andy Murray ? Pierce ne ferme pas la porte. "Bien sûr, je suis tout à fait ouverte, motivée, déterminée à aider le tennis français, donc des garçons et des filles".

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.