Transferts: Edinson Cavani à ManU, mais jamais trop loin du Parc

Paris (AFP) –

Publicité

Meilleur buteur de l'histoire du Paris SG, Edinson Cavani a conquis le Parc des Princes et ses supporters. S'il est parti en catimini cet été, l'Uruguayen va retrouver son jardin avec Manchester United, prochain adversaire du PSG en Ligue des champions le 20 octobre.

Il avait réussi à battre Neymar et Kylian Mbappé dans le coeur des fans. "Edi" était le chouchou du public, qui lui chantait son amour sur l'air des "Démons de minuit" à chaque match.

Mais, entre la pandémie de Covid-19, son statut de remplaçant et les négociations avortées sur sa prolongation, le buteur de 33 ans a quitté la capitale sur la pointe des pieds. Pour mieux la retrouver, quelques mois plus tard.

Un temps connecté à l'Atlético Madrid puis au Benfica, Cavani a finalement rebondi chez les "Red Devils", adversaires du PSG en C1. Le timing est parfait, puisque la première journée, dans quinze jours, mettra en scène ses débuts européens avec MU au Parc des Princes -- où le public devrait être, en raison des restrictions sanitaires, très peu nombreux.

L'éventualité de retrouvailles Cavani-PSG a déjà mis les réseaux sociaux sens dessus dessous, preuve d'une popularité intacte.

L'une de ses dernières apparitions à Paris a été à l'origine de l'une des plus belles pages d'histoire du club. Le 23 février, il a marqué son 200e but contre Bordeaux (4-3), qui l'a consacré un peu plus dans le Panthéon des attaquants parisiens, loin devant Zlatan Ibrahimovic (156 buts).

- Pas d'épopée -

"C'est magnifique pour moi. Je les remercie pour la chaleur, pour l'amour qu'ils me donnent, dans les moments difficiles, dans les moments de joie", avait-il déclaré, après avoir reçu l'hommage de ses équipiers, des supporters et du club, qui lui a remis un trophée spécial. Un moment qui résonne aujourd'hui comme une cérémonie d'adieu.

Son départ, loin de la lumière, ressemble finalement à ce joueur qui s'est effacé pour faire briller Zlatan Ibrahimovic ou Neymar.

Exilé sur la gauche de l'attaque pour laisser la place à "Ibra", l'Uruguayen arrivé en 2013 ronge son frein sans se plaindre. Sifflé pour sa maladresse technique, il finit par retourner les supporters grâce à un sacrifice défensif et un sens du but hors du commun. La naissance du "Matador".

Le recrutement de Mauro Icardi, à l'été 2019, finit par pousser l'ancien de Palerme et de Naples sur le banc, même si c'est lui qui joue le huitième retour de C1 contre Dortmund (2-0). L'entraîneur Thomas Tuchel souhaite le conserver, "Edi" aimerait rester plusieurs saisons, mais sa direction refuse.

Le joueur ne prolonge pas non plus pour vivre l'épopée de Lisbonne en C1, stoppée en finale par le Bayern (1-0). Contrairement à Thiago Silva, Cavani est parti sans dire au revoir aux supporters, qui ne lui en veulent pas.

"Quand les ultras reviennent au Parc en 2016 (après six ans d'absence, ndlr), Zlatan Ibrahimovic n'est plus là et l'homme en forme, c'est Cavani. Il y a aussi son côté simple, accessible, qui a créé une vraie communion", expliquait à l'AFP Philippe Goguet, fondateur du site Culture PSG, en juin.

- "Grinta" -

Cavani "n'a jamais triché dans son investissement physique avec un don de soi mis au service du club. Avec ses cheveux longs, il représente bien l'aspect guerrier sud-américain, la fameuse +grinta+", analysait-il.

De Laurent Blanc à Thomas Tuchel, tous ses entraîneurs louent son investissement "super professionnel".

Au point que ses retards après les fêtes de fin d'année passées en Uruguay sont vite pardonnés, et la polémique du "penaltygate" avec Neymar, oubliée. Comme ses échecs répétés en C1, le seul trophée qu'il n'a pas remporté avec Paris.

Discret sur sa vie privée, Cavani fait figure d'ovni dans la galaxie du "foot-business".

Loin des fêtes mondaines prisées par Neymar et ses autres équipiers "latinos", "Edi" est prêt à mouiller la chemise si besoin, même s'il préfère passer son temps libre dans un étang en quête de poissons-chats, à Rambouillet ou à Salto, sa ville d'origine, pour "relâcher la pression". Il va désormais découvrir la rivière Irwell, juste derrière Old Trafford.