Moscou place l'opposante biélorusse Svetlana Tikhanovskaïa sur la liste des personnes "recherchées"

L'opposante bélarusse Svetlana Tikhanovskaïa lors d'une rencontre au Reichstag, à Berlin, le 6 octobre 2020.
L'opposante bélarusse Svetlana Tikhanovskaïa lors d'une rencontre au Reichstag, à Berlin, le 6 octobre 2020. REUTERS - Kay Nietfeld

L'opposante biélorusse Svetlana Tikhanovskaïa figure dans la base de données des personnes recherchées par la Russie, du fait de poursuites engagées contre elle dans son pays. 

Publicité

Le ministère russe de l'Intérieur a annoncé que l'opposante biélorusse Svetlana Tikhanovskaïa figure dans la base de données des personnes recherchées par le Kremlin, du fait de poursuites engagées contre elle dans son pays.

Selon sa fiche, l'adversaire du président biélorusse Alexandre Loukachenko se retrouve dans cette base de données russes disponible en ligne pour une "infraction au code pénal". L'agence Ria Novosti précise qu'il s'agit de poursuites engagées en Biélorussie pour "appels à des actions portant atteinte à la sécurité nationale", crime passible de trois à cinq ans de prison.

La Biélorussie la recherchant et Moscou et Minsk étant liés par un traité d'union, la Russie l'a déclarée personne recherchée. La fiche ne précise cependant pas depuis quand elle est sur la liste.

Svetlana Tikhanovskaïa a fui son pays pour la Lituanie après des menaces des autorités dans les jours qui ont suivi la présidentielle du 9 août, qu'elle affirme avoir remportée. Ce scrutin et la réélection d'Alexandre Loukachenko ont déclenché une vague de contestation sans précédent et toujours en cours.

Une opposante qui multiplie les rencontres

Des manifestations rassemblent notamment depuis deux mois tous les dimanches quelque 100 000 manifestants à Minsk, malgré la répression qui a conduit à l'arrestation ou l'exil de la quasi-totalité des figures de l'opposition.

La Russie a apporté tout son soutien au chef de l'État biélorusse, malgré les appels de Svetlana Tikhanovskaïa à Moscou de favoriser une passation de pouvoir et un dialogue avec l'opposition. Ces derniers jours, elle a été reçue par le président français Emmanuel Macron et la chancelière allemande Angela Merkel. 

Un soutien à double tranchant pour un mouvement qui insiste sur son caractère populaire, alors que Moscou et Minsk accusent les Occidentaux de fomenter les troubles.

Le Kremlin a d'ailleurs balayé, mercredi, l'importance de l'ex-candidate à la présidentielle. "Mme Tikhanovskaïa ne se trouve pas en Biélorussie. On ne peut guère dire qu'elle participe à la vie politique biélorusse", a déclaré le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine