Accéder au contenu principal

La Bourse de Paris accélère, rivée sur le plan de relance américain

La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris
La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris ERIC PIERMONT AFP/Archives
3 mn
Publicité

Paris (AFP)

La Bourse de Paris a terminé en hausse de 0,61% jeudi, se montrant toujours positive sur un accord pour le plan de relance budgétaire aux États-Unis, ce qui lui permet de remonter vers son niveau de valorisation de l'été.

L'indice CAC 40 a gagné 29,94 points à 4.911,94 points. La veille, il avait cédé 0,27%.

La cote parisienne a évolué dans le vert toute la journée, et a accéléré dans l'après midi jusqu'à dépasser les 4.935 points. Malgré une baisse en fin de séance, elle retrouve la fourchette basse de sa valorisation de l'été, entre 4.900 et 5.100 points. Elle avait brutalement décroché de ce niveau fin septembre en raison de l'aggravation de la situation sanitaire en Europe.

"Dans ces configurations, la question est de savoir si la hausse est un signe de l'appétit des investisseurs ou si c'est juste un test" avant que les cours redescendent, explique Alexandre Baradez, analyste chez IG France.

Les marchés sont fortement influencés par l'éventualité d'un plan de relance aux États-Unis, leurs espoirs d'un accord oscillant au gré des déclarations de Donald Trump.

- Aides globales ou ciblées ? -

Après avoir voulu interrompre les discussions entre démocrates et républicains mardi, le président américain a affirmé qu'il y avait "vraiment de fortes chances" pour un accord lors d'un entretien jeudi sur Fox Business News.

"Nous commençons à avoir des discussions très productives", a-t-il assuré, faisant référence spécifiquement à l'aide destinée aux compagnies aériennes et aux chèques de 1.200 dollars en faveur des Américains.

Pour M. Baradez, "le marché retient que les négociations ne sont pas gelées et que Donald Trump n'a pas envie de braquer l'opinion" à moins d'un mois de l'élection présidentielle américaine. Toutefois, "il ne parle pas d'un plan global mais de mesures ciblées", rappelle le spécialiste.

L'aide est particulièrement attendue alors que l'économie américaine montre des signes d'essoufflement après sa forte reprise: les inscriptions hebdomadaires au chômage n'ont que légèrement reculé la semaine passée.

Le plan de relance occupe tous les esprits, les investisseurs ne voyant rien de nouveau dans les minutes de la réunion du conseil monétaire de la BCE, qui a réitéré le cap accommodant de l'institution.

Capgemini s'est offert la plus forte progression, de 5,32% à 111,80 euros, au lendemain de la publication des résultats de son concurrent indien Tata Consultancy Services, qui a rassuré les investisseurs sur la santé du secteur. Atos a aussi pris 2,59% à 69,66 euros.

Les spécialistes des centres commerciaux Klépierre et Unibail-Rodamco-Westfield ont grimpé de 5,59% à 12,76 euros et de 4,25% à 32,88 euros. La banque Société Générale a continué sa forte progression de la semaine, gagnant 2,09% à 12,59 euros, tandis que le groupe de communication Publicis est monté de 1,96% à 29,72 euros.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.