Trump est-il prêt à repartir en campagne? Le diagnostic des médecins

Washington (AFP) –

Publicité

Quelques jours seulement après être sorti de l'hôpital où il a reçu un traitement expérimental contre le Covid-19 et de l'oxygène, Donald Trump se dit impatient de repartir en campagne. Mais ses adversaires et certains experts s'inquiètent d'une décision peut-être trop hâtive du président américain.

- Chaque patient est différent -

Il existe de grandes différences dans la durée de convalescence des malades du coronavirus, rappelle Amesh Adalja, spécialiste des maladies infectieuses et enseignant à l'Université Johns Hopkins de Baltimore.

"Certains patients peuvent reprendre une activité quotidienne très rapidement. Pour d'autres, il faudra plusieurs semaines", dit-il.

En général, "pour un septuagénaire contaminé par la maladie Covid-19 et qui a été hospitalisé, cela prend généralement quelques semaines pour retrouver une activité normale", explique le médecin.

"Mais comme c'est le président, il a beaucoup de gens autour de lui pour l'aider. Il ne fait probablement pas les courses et ne conduit pas de voiture", ajoute-t-il.

Donald Trump, 74 ans, a passé trois nuits à l'hôpital avant de revenir le 5 octobre à la Maison Blanche, où il dispose d'une unité médicale.

Mangala Narasimhan, directrice des soins intensifs du groupe hospitalier Northwell Health à New York, précise que les malades de l'âge de M. Trump mis sous oxygène pour traiter une pneumonie continuent à souffrir de fatigue sévère et de douleurs musculaires pendant quelques temps.

Les deux médecins soulignent qu'il est très difficile de connaître l'état exact de sa convalescence car l'équipe médicale et l'entourage du président ont fourni des informations vagues et parfois contradictoires.

- Un retour risqué -

Le risque le plus commun d'une hyperactivité après une maladie est l'affaiblissement du système immunitaire.

"Il a besoin de son système immunitaire pour combattre le virus, c'est pour ça qu'on vous dit de vous reposer et de beaucoup boire (après une hospitalisation) parce que votre système immunitaire doit être à son meilleur niveau", explique Mme Narasimhan.

C'est particulièrement important dans le cas des patients âgés, plus susceptibles de faire une rechute avec des symptômes comme de la fièvre et des frissons.

On ignore aussi les détails de ses antécédents médicaux et de son état de santé, tout au plus sait-on qu'il souffre d'une forme légère de maladie cardiovasculaire, précise M. Adalja.

Les médecins de M. Trump n'ont pas non plus rendu publics les résultats de ses examens à l'hôpital qui pourraient donner plus d'informations, ajoute le Dr. Narasimhan.

Comme les "marqueurs de l'inflammation", qui indiqueraient comment il se remet de la phase inflammatoire de la maladie, ou les analyses sanguines pour connaître les risques de développer des caillots.

"Les patients ont tendance à produire des caillots sanguins et, en fonction de certaines analyses, ils doivent être suivis pendant 30 jours" et éventuellement prendre un médicament pour l'éviter, dit Mme Narasimhan.

"Il y a beaucoup d'autres symptômes et d'effets secondaires de ce virus que l'on commence à comprendre", souligne-t-elle.

Une petite partie des patients continuent notamment à souffrir de fatigue et de souffle court pendant des mois.

- Encore contagieux ? -

Le médecin de la Maison Blanche, Sean Conley, a dit s'attendre "à ce que le président puisse reprendre ses activités publiques" samedi "sans risque", expliquant que son test positif remonterait à ce moment là à 10 jours.

Mais le délai qui importe est le nombre de jours sans symptômes, et ce chiffre n'a pas été dévoilé.

Les Centres américains de prévention et de lutte contre les maladies (CDC) recommandent pour les patients ayant souffert d'une forme légère ou modérée de Covid-19, un isolement et des précautions pendant dix jours après la disparition des symptômes et une absence de fièvre pendant 24 heures.

Pour les cas plus sévères, les CDC recommandent une période d'isolement de 20 jours. Mais, dans le cas de M. Trump, "on ne sait pas si c'était modéré ou sévère", dit le Dr. Narasimhan.