Accéder au contenu principal

Roland-Garros: "Mon plus gros défi, être régulière", se projette Swiatek

La joie de la Polonaise Iga Swiatek après sa victoire en finale de Roland-Garros face à l'Américaine Sofia Kenin, le 10 octobre 2020
La joie de la Polonaise Iga Swiatek après sa victoire en finale de Roland-Garros face à l'Américaine Sofia Kenin, le 10 octobre 2020 Anne-Christine POUJOULAT AFP
4 mn
Publicité

Paris (AFP)

Iga Swiatek, devenue la première joueuse polonaise, hommes et femmes confondus, à remporter un tournoi du Grand Chelem, à Roland-Garros samedi, estime que son "plus gros défi" désormais "va être d'être régulière".

"C'est une expérience qui change ma vie", a décrit Swiatek, 19 ans seulement, à propos du tout premier trophée de sa jeune carrière.

Q: Que représente pour vous le fait d'être la première joueuse polonaise sacrée en Grand Chelem ?

R: "Je suis juste fière de moi. J'ai fait du super boulot ces deux dernières semaines. Je ne m'attendais pas à gagner ce trophée. C'est extraordinaire, c'est une expérience qui change ma vie. Quelque part j'ai le sentiment d'écrire l'Histoire. Je sais que beaucoup de gens vont nous comparer avec Agnieszka Radwanska (ex-N.2 mondiale aujourd'hui retraitée, ndlr). Mais il va falloir que je sois vraiment régulière dans les prochaines années pour qu'on dise que je suis la meilleure joueuse de Pologne, parce qu'elle a réussi à rester longtemps au très haut niveau. J'ai encore beaucoup à faire."

Q: Comment avez-vous géré la tension inhérente à une finale majeure, qui plus est une première ?

R: "Je savais que Sofia (Kenin) serait peut-être stressée aussi, ce n'est pas une machine. J'avais conscience qu'on risquait toutes les deux de ne pas jouer notre meilleur tennis parce que c'est difficile sous autant de pression. Mais j'ai fait tout ce que j'avais fait dans les tours précédents: je me suis concentrée sur la technique et la tactique. J'ai essayé de me défaire des attentes, de juste jouer point par point. La clé, ça a vraiment été de ne pas avoir d'attentes trop élevées."

Q: Avant la finale, vous aviez dit que ça vous était égal de gagner ou de perdre. Le pensiez-vous vraiment ?

R: "En fait, c'était tellement fou pour moi de battre Simona (Halep, 6-1, 6-2 en huitièmes de finale, ndlr) que je pensais déjà que ce tournoi était un accomplissement pour moi. Vraiment, je n'avais pas d'attentes. Je savais que ça allait être difficile en finale. Je ne voulais pas être trop stressée, alors je me suis dit que peu importait, et j'ai essayé d'y croire. Au final, j'ai vraiment profité du moment. Ce n'est pas que ça m'était égal de gagner ou de perdre, c'est que je n'ai pas pensé à ça tout le temps. Je me suis concentrée sur les choses que je sais faire, parce que gagner, c'est juste la conséquence de ce que je fais à chaque instant."

Q: Dans quels domaines estimez-vous pouvoir encore progresser ?

R: "J'ai le sentiment que je peux progresser dans la plupart des secteurs, parce que je n'ai que 19 ans. Je sais que mon jeu n'est pas parfaitement développé. Mais je pense que mon plus gros défi, ça va être d'être régulière. C'est ce avec quoi le tennis féminin a du mal. C'est pour ça qu'on a autant de nouvelles lauréates en Grand Chelem, parce qu'on n'est pas aussi régulières que Rafa (Nadal), Roger (Federer) et Novak (Djokovic). Donc mon objectif, ça va être de trouver cette régularité. Ca va être vraiment difficile d'y arriver."

Q: Dans quelle mesure voir d'autres jeunes joueuses s'imposer en Grand Chelem, comme Osaka, Andreescu, ou même Kenin, vous a-t-il inspiré ?

R: "C'est certain que c'est inspirant: je sais que tout est possible, même quand on est très jeune et qu'on ne fait pas partie des favoris. D'un côté donc, c'est très inspirant. Parfois, je me suis surprise à m'imaginer gagner un Grand Chelem moi aussi. Mais d'un autre côté, c'était aussi vraiment très loin. Et là, je suis ici, et j'ai gagné un Grand Chelem, c'est fou ! Vous croyez en ce que vous faites, mais dans votre tête, vous savez qu'il faut fournir un énorme travail pour gagner ces tournois. Et là, après deux semaines à jouer du super tennis, c'est déjà fait, c'est juste bouleversant."

Propos recueillis en conférence de presse.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.