Ligue des nations: l'Italie bousculée par les Pays-Bas (1-1)

Bergame (Italie) (AFP) –

Publicité

Les Pays-Bas ont retrouvé une partie de l'élan qui semblait s'être envolé avec leur ancien sélectionneur Ronald Koeman pour bousculer l'Italie (1-1), mercredi à Bergame lors de la 4e journée de Ligue des nations.

La Nazionale, qui a poussé en vain en fin de match, a été notamment trahie par le manque de confiance en sélection de son avant-centre Ciro Immobile, qui a raté deux face-à-face décisifs qui pèsent lourd au coup de sifflet final.

Avec ce troisième nul en quatre matches de Ligue des nations, les Azzurri marquent le pas, après une brillante phase de qualifications pour l'Euro-2021 (10 victoires en 10 matches), même s'ils enchaînent avec un 19e match consécutif sans défaite.

Avec 6 points, l'Italie laisse la première place du groupe à la Pologne (7 pts), qui a battu la Bosnie-Herzégovine (3-0). Elle serait donc bien inspirée de battre les Polonais à domicile le 15 novembre.

S'ils ne sont que 3e du groupe, les Pays-Bas auront au moins rassuré leur nouveau sélectionneur Frank de Boer, chargé de redonner de l'allant aux Oranje, orphelins de Ronald Koeman. Nommé fin septembre après le départ de Koeman au FC Barcelone, de Boer avait connu des débuts compliqués avec une défaite en match amical contre le Mexique (1-0) il y a une semaine et le match nul face à la Bosnie (0-0) en Ligue des nations dimanche.

Il devra encore patienter pour une victoire mais ses joueurs furent beaucoup moins spectateurs qu'au match aller (victoire italienne 1-0). Compacts et sortant vite, ils ont fait jeu égal avec l'Italie pendant une heure.

- Attaque italienne en chantier -

Un alignement défensif moyen de la défense néerlandaise fut certes puni par l'ouverture du score italienne: Barella offrait une balle ciselée à Lorenzo Pellegrini qui ne ratait pas l'offrande seul devant le gardien (16e).

Mais les Néerlandais ont bien réagi en égalisant rapidement par Van de Beek, qui s'y reprenait à deux fois pour conclure un joli mouvement des oranje (25e). Et la défense italienne, bousculée, ne fut pas fâchée de voir Luuk de Jong rater une tête de près (36e) puis Donnarumma détourner en corner une frappe de Depay (55e).

Les Italiens, qui avaient connu un sursaut avant la pause, ont dû attendre l'heure de jeu pour reprendre le match à leur compte, grâce notamment à l'entrée du Parisien Kean, mais leurs nombreux centres n'ont jamais trouvé preneurs.

S'il a trouvé un milieu qui fonctionne, même si Verratti fut mercredi un peu nerveux et Jorginho pas toujours juste, le sélectionneur italien Roberto Mancini n'a pas beaucoup progressé dans son grand chantier de l'attaque. Après Caputo contre la Moldavie (6-0) en amical puis Belotti en Pologne (0-0) dimanche, Immobile a raté une belle occasion de s'installer avec ses deux occasions ratées.

Ce match à Bergame était aussi l'occasion pour le foot italien d'un hommage à la ville durement touchée par le nouveau coronavirus.

A défaut de pouvoir ouvrir les portes en grand - en Italie le plafond reste fixé à 1.000 spectateurs maximum pour les événements sportifs, avaient été invités les maires des 243 communes de la province de Bergame et une délégation représentant les deux hôpitaux principaux de la ville, Jean XXIII et Humanitas. Un public qui a longuement applaudi sa Nazionale après le match car, pour eux, le résultat n'était sans doute pas l'essentiel.