Accéder au contenu principal
Dans la presse

Kweku Adoboli, suspect de la fraude géante chez UBS

Presse internationale, Vendredi 16 septembre. La banque suisse UBS a été victime d'une fraude qui pourrait lui coûter 2 milliards de dollars. Le trader impliqué a été arrêté à Londres. A voir aussi : Libye, une victoire économique pour la France et le Royaume-Uni ? Et aussi : La vie de débauche d’Hannibal Kadhafi… Et enfin : Dur dur d’être mannequin !

Publicité

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook

     L’information fait la une de la presse britannique et internationale : un trader d’UBS est soupçonné d’avoir fait perdre deux milliards de dollars à la banque suisse. Il s’appelle Kweku Adoboli et il aurait effectué des transactions non autorisées au sein de la division « Marché d’actions » de la banque d’investissement suisse, lui faisant perdre près de 2 milliards de dollars explique The Telegraph. Il a été interpellé chez lui à Londres à 3h30 du matin jeudi après avoir posté un message sur sa page Facebook : j’ai besoin d’un miracle…Le magazine américain The Atlantic a mené l’enquête sur internet pour savoir qui est cet homme. On sait finalement assez peu de choses sur lui. Il a 31 ans, il est d’origine ghanéenne et selon son profil Facebook il aime la série The Wire, la photographie et le chapeau ridicule de la princesse Béatrice lors du mariage royal. Il a fait une carrière rapide au sein de la branche londonienne d'UBS, où il était apparemment apprécié par ses collègues. Il est décrit par ses amis comme un jeune homme vraiment relax et heureux. Jusqu’à très récemment il louait un logement dans le quartier d’affaires de la City 1200 euros la semaine. Tous les articles de la presse internationale ce vendredi font le rapprochement avec le cas de Jérôme Kerviel qui, en 2008, avait été accusé d'avoir fait perdre 4,9 milliards d'euros à la Société Générale en effectuant des transactions hors normes.
 
      En une de beaucoup de journaux internationaux, la visite de Nicolas Sarkozy et David Cameron en Libye. Et toujours cet accueil en héros, en libérateurs, en sauveurs du pays. Ils font par exemple la première page de The Independent , les deux dirigeants entourant Mahmoud Jibril, le numéro 2 du CNT.Le journal souligne que cette guerre a été remportée par les rebelles mais aussi par les deux dirigeants. En terme de popularité bien sûr, mais également en termes économiques.
Selon The Independent, ils espèrent une sorte de retour sur investissement. La France et le Royaume-Uni ont été les premiers pays à être reçus en Libye et le Conseil national de Transition a réaffirmé la priorité économique aux alliés de la Libye pour les futurs contrats. Nicolas Sarkozy a pourtant fermement réfuté d'éventuelles arrières-pensées économiques mais le malaise persiste écrit The Independent. L'après-Kadhafi et sa manne de nouveaux contrats à attribuer pour la reconstruction, est un enjeu majeur pour les grandes puissances. Paris compte profiter de son avantage diplomatique pour renforcer sa présence en Libye, dont le potentiel économique -notamment grâce à l'énorme manne pétrolière- n'est plus à démontrer. En effet, la France est seulement le sixième partenaire commercial de Tripoli, avec 1 milliard d'euros d'exportations en 2010.
 
      Toujours dans The Independent et toujours en Libye. On revient sur le clan Kadhafi. Avec les découvertes faites dans la maison de son fils Hannibal et notamment son ordinateur portable. Avec des photos de lui et de son entourage lors des fêtes extravagantes qu’il donnait ou auxquelles il participait, sur des yachts ou dans des jets privés. Son ordinateur contient également les montants des transferts d’argent qu’il effectuait parfois près de 15 millions de dollars. Mais aussi des photos de sa gouvernante, celle là même qui a été brûlée vive par Aline, la compagne d'Hannibal, parce qu’elle était fatiguée par les cris de sa propre fille. Autant d’éléments selon The Independent qui illustre le caractère fantasque et extravagant de la famille de Mouammar Kadhafi.
 
 
      Enfin, dans les journaux de ce vendredi, la Fashion Week qui vient de s’achever à New York. Si les mannequins font beaucoup rêver, il faut savoir qu’elles sont extrêmement mal payées. C’est dans le International Herald Tribune .On y apprend que leur statut est très précaire. Pas de fiche de paye, pas de contrôle des conditions de travail, pas d’allocations chômage… Ashley Mears qui a écrit cet article était elle-même top model il y a 10 ans. Et elle met en garde contre les idéess reçues. En fait, les mannequins sont freelance et sont payées à la mission. Recrutées arbitrairement et virées sans raison, ni préavis. Elles ne savent pas quand elles auront de nouveau du travail… Elles peuvent gagner de 1000 à 5000 euros pour certaines quand d’autres ne touchent rien. Au mieux, elles sont autorisées à garder les vêtements du défilé. Elles doivent avancer les frais à leurs agences, les visas, les billets d’avions, les chambres d’hôtels. La Fashion Week qui s’est terminée ce jeudi fait donc sans doute beaucoup rêver. D’autant que cet événement génère 400 millions de dollars par an à New York. Mais la vie de celles qui défilent sur les podiums est loin d’être un rêve…
 
Les liens soulignés renvoient, lorsque cela est possible, vers les articles cités, mais certains journaux offrent à leurs lecteurs un contenu web différent du contenu papier. NB : Cette page n’est ni un blog, ni un article, mais un aperçu du travail de préparation de la chronique vidéo ci-dessus.
 
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.
 

 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.