Accéder au contenu principal
Dans la presse

"Tsunami pro-démocratie à Hong-Kong"

Manifestants pro-démocratie de Hong-Kong
Manifestants pro-démocratie de Hong-Kong France 24

A la Une de la presse, ce lundi 25 novembre, la très large victoire des candidats pro-démocratie aux élections locales de Hong-Kong. Les révélations des "China cables" sur la répression en cours au Xinjiang. Répression sanglante, également, en Irak et en Iran. Les attentes suscitées par le Grenelle sur les violences conjugales en France. Et l’expression "faire catleya".

Publicité

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre iPhone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
A la Une de la presse, ce matin, les résultats des élections locales à Hong-Kong et la large victoire des candidats pro-démocratie.

«Un tsunami déferle (sur Hong-Kong), et fait vaciller le camp pro-Pékin», annonce The South China Morning Post, qui évoque un participation «record», plus de 71% et une «défaite écrasante» pour les candidats favorables au gouvernement central, les listes pro-démocratie arrivant en tête dans 17 districts sur 18. Une victoire accueillie dans la liesse par les Hong-Kongais qui manifestent depuis maintenant 6 mois contre Pékin. «Le camp pro-démocratie remporte la majorité des sièges du Conseil des districts, pour la première fois depuis la rétrocession de Hong-Kong à la Chine, en 1997»: Hong-Kong Free Press voit dans les résultats de ces élections «une défaite cuisante pour le camp pro-Pékin, dont plusieurs figures majeures ont été battues», hier.

A Pékin, The Global Times fait lui aussi état d’une participation «record», mais la présente uniquement comme la manifestation d’une volonté de voir l’ordre rétabli. «Le vote en faveur des groupes pro-démocratiques ne signifie pas que les électeurs soutiendront la violence, les radicaux et les séparatistes de Hong-Kong», prévient le journal officiel, en appelant les «pro-establishment» à répondre davantage, dorénavant, aux «exigences» de la jeunesse hongkongaise.

La Chine s’est lancée dans une politique de répression systématique et de détention de masse des Ouïghours, la minorité musulmane de la région du Xinjiang. De nouvelles révélations détaillant la mise en œuvre de cette répression sont publiées par le Consortium International des Journalistes d’Investigation, et 17 médias, dont le quotidien français Le Monde. Ces derniers se sont procurés des directives internes à l’Etat-parti chinois sur le fonctionnement des camps où sont enfermés des centaines de milliers de membres de cette minorité. Mises au secret totalement arbitraires, conditions de détention extrêmes, séances d’autocritiques, de lavage de cerveau et de torture: d’après Le Monde, ces documents «sapent les discours de Pékin, selon lesquels les camps de détention construits dans le Xinjiang ont pour objectif la rééducation volontaire pour lutter contre l’extrémisme». Des documents qualifiés de «pure invention» et de «fake news» par le gouvernement chinois, qui affirme que la région «était devenue un champ de bataille», où «des milliers d’incidents terroristes se sont produits entre les années 1990 et 2016, et (où) des milliers de personnes innocentes ont été tuées» - raisons pour lesquelles aurait émergé «une demande énorme chez (les habitants du Xinjiang) pour que le gouvernement prenne des mesures résolues pour régler le problème».

Répression, sanglante, également, en Irak, où au moins six personnes ont été tuées au cours de la seule journée d’hier, à Bagdad et dans le sud du pays. Face à cette répression, Azzaman évoque une «montée en puissance» du mouvement de désobéissance civile - une confrontation avec les autorités, qui serait en train de mettre l’Irak «au pied du mur», selon le journal. Autre quotidien, même attitude de défi face au pouvoir: Al Mada annonce une nouvelle semaine de grèves et de barricades à-travers tout le pays, malgré «les menaces» auxquelles sont confrontés les manifestants.

En Iran, la répression des manifestations contre la hausse du prix de l’essence, il y a dix jours, s’est déroulée à huis clos. Après une semaine entière de blackout, les autorités ont commencé à rétablir l’Internet dans le pays ce week-end, laissant filtrer des témoignages qui révèlent une violence extrême. Libération fait état de morts «par dizaines», et de plusieurs milliers d’arrestations. Un massacre loin des yeux du monde, qui montre au grand jour «la vraie nature d’une dictature islamique obscurantiste et impitoyable», selon Libé – qui condamne le durcissement des sanctions américaines contre Téhéran, jugées contre-productives: «On veut se débarrasser d’une dictature, on la renforce. En attendant, ce sont les citoyens iraniens qui meurent», accuse le journal.

En France, le Grenelle des violences conjugales devrait déboucher sur plusieurs mesures pour protéger les victimes - mesures présentées aujourd’hui par le Premier ministre Edouard Philippe. Après un week-end de mobilisation partout en France, l’issue de ces discussions suscite beaucoup d’espoirs, d’après 20 minutes – qui fait état des «fortes attentes» des associations d’aide aux victimes. «La marée violette ne se contentera pas de mots creux», prévient L’Humanité, qui se réjouit de voir «la sensibilisation progresser» mais rappelle qu’«on ne peut pas se contenter d’ajustements juridiques à peu de frais et de promesses législatives lointaines, lorsque, chaque semaine, des femmes meurent sous les coups de leur compagnon et que la domination patriarcale gangrène tous les pans de notre société». Interrogée par Le Figaro, la secrétaire d’Etat à l’égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, promet qu’une cinquantaine de mesures vont être mises en œuvre, notamment la création de centres de prise en charge, pour les auteurs de violences conjugales.

On ne se quitte pas là-dessus. Avant de vous dire à demain, je vous propose de jeter un cil au Figaro, qui a entrepris de réhabiliter cinq expressions désuètes, cinq expressions oubliées, pour dire son amour dans la langue de Molière. La plus belle, selon moi, a été inventée par Marcel Proust, l’auteur de l’immense «Recherche du Temps perdu»,  qui a créé l’expression «Faire catleya» - du nom d’une délicate orchidée mauve que le personnage de Swann propose, au début en tout bien tout honneur, d’agencer sur le corsage de sa bien-aimée, Odette. La mode, à l’époque, était de porter des fleurs à son décolleté. «Faire catleya», est devenu, depuis Marcel Proust, une autre façon de dire «faire l’amour».

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse (du lundi au vendredi, à 7h20 et 9h20 heure de Paris). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

NewsletterNe manquez rien de l'actualité internationale

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.