Accéder au contenu principal
L'Entretien

EXCLUSIF – M. Issoufou : "La communauté internationale a le devoir de combattre le terrorisme au Sahel"

Le président du Niger, Mahamadou Issoufou
Le président du Niger, Mahamadou Issoufou FRANCE 24

À quatre jours de la venue d'Emmanuel Macron au Niger, le président Mahamadou Issoufou a accordé, mercredi, un entretien à France 24 et RFI. "La situation est grave", affirme-t-il, dix jours après l’attaque de la base militaire d’Inates, dans laquelle 71 soldats ont été tués.

Publicité

Dans un entretien accordé mercredi 18 décembre à France 24 et RFI, le président du Niger Mahamadou Issoufou revient sur la situation sécuritaire qui se dégrade de jour en jour dans son pays.

"La menace devient de plus en plus intense et s’étend dans l’espace", affirme-t-il, dix jours après l’attaque de la base militaire d’Inates, dans laquelle 71 soldats ont été tués.

"La situation est vraiment préoccupante, non seulement pour le Niger, mais également pour les autres pays du Sahel et de manière générale pour l’ensemble des pays de la Cédéao [Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest, NDLR], y compris pour les pays du bassin du lac Tchad, où nous faisons face à la menace de Boko Haram", poursuit-il.

"Les terroristes se sont renforcés, ils ont pu disposer d'équipements plus lourds et plus efficaces, ils ont bénéficié de renforts en encadrements pour la formation. On nous parle de transferts de terroristes de Syrie, d'Irak via la Libye, où malheureusement il n'y a pas d'État. Ce qui s’est passé à Inates est la conséquence de tout cela".

"Inates, conséquence du chaos libyen"

Alors que le président français Emmanuel Macron doit se rendre à Niamey, dimanche 22 décembre, pour assister à une cérémonie d'hommage aux 71 soldats nigériens tués dans l'attaque du 10 décembre, et alors que les dirigeants de cinq pays sahéliens sont conviés pour un sommet le 13 janvier à Pau, dans le sud de la France, Mahamadou Issoufou appelle la communauté internationale à faire preuve de "solidarité vis-à-vis des peuples du Sahel".

"C’est la communauté internationale qui a créé le chaos en Libye et ce qui se passe dans le Sahel est l'une des conséquences du chaos libyen". "C’est un devoir pour la communauté internationale d’être aux côtés des populations du Sahel dans ce combat contre le terrorisme", martèle le chef d’État nigérien, qui souligne que la Libye continue à être "la principale source d’approvisionnement en armes des terroristes".

>> À lire : "Les chefs d'État du G5 Sahel appellent au soutien international après le massacre d’Inates"

Enfin, Mahamadou Issoufou met en garde les Occidentaux : "Si la situation sécuritaire se dégrade, que va-t-il se passer ? Il n'y aura pas de développement, il n'y aura pas d'emplois pour tous ces jeunes, cela va alimenter la migration, cela va concerner la France, l'Europe. Je pense que le président Macron voit cela, c'est ça qu'il va se passer si le terrorisme arrive à triompher".

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.