Journal de l'Afrique

Coronavirus : la Guinée instaure un couvre-feu, les chauffeurs de taxi en grève

Des passagers attendent un taxi à Conakry.
Des passagers attendent un taxi à Conakry. © Malick Diakité

Face à la propagation du Covid-19, le président guinéen Alpha Condé instaure un couvre-feu de 21 heures à 5 heures. "Les mouvements de personnes de Conakry pour l'intérieur du pays sont interdits", sauf dérogations.  Et parmi les nouvelles règles imposées par le gouvernement, le nombre de passagers dans les taxis est restreint : de six il est désormais limité à trois. Les chauffeurs sont en grève et s'inquiètent du manque à gagner. Reportage dans ce journal.

Publicité

Egalement au sommaire de ce journal, la Mauritanie et le Botswana ont annoncé des premiers décès liés au coronavirus, tandis que la Sierra Leone vient de déclarer un premier cas, et que deux premières contaminations ont été enregistrées par le Burundi. 

En Tunisie, le confinement a été prolongé jusqu'au 19 avril. Plusieurs centaines de personnes ont manifesté à Tunis, parmi lesquelles de nombreux travailleurs précaires. Ils réclament le versement au plus vite de subventions financières.

Au Nigeria, c'est dans une ville méconnaissable que se sont réveillés ce mardi les vingt millions d'habitants de Lagos. La capitale Abuja est soumise aux mêmes restrictions.

Enfin, au Kenya, pour faire respecter le couvre-feu, les réactions des forces de sécurité sont parfois musclées. Un enfant de treize ans a été tué par balle dans un bidonville de Nairobi, a priori par des policiers. La police affirme avoir ouvert une enquête.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine