Accéder au contenu principal
Journal de l'Afrique

Cameroun : la présidence admet l'implication de militaires dans le meurtre de 13 civils

Yaoundé admet l'implication de militaires dans le meurtre de 13 civils en février.
Yaoundé admet l'implication de militaires dans le meurtre de 13 civils en février. © France 24

La présidence camerounaise a admis que 13 civils, dont 10 enfants, avaient été tués par trois militaires et un groupe d'auto-défense, dans un village du nord-ouest séparatiste anglophone mi-février.  Yaoundé avait jusqu'alors nié la responsabilité de son armée dans ce massacre. 

Publicité

Egalement au sommaire de ce journal : au Togo, l'opposant  Agbéyomé Kodjo, arrivé deuxième à la présidentielle de février, a été arrêté à son domicile et conduit au Service central de recherches et d'investigations criminelles de la gendarmerie.

Au Ghana et au Burkina Faso, le confinement total va être levé. Même si des restrictions demeurent, cette décision soulage les plus pauvres. Au Ghana, l'opposition dénonce une décision économique et politique, au détriment de la situation sanitaire. La courbe de personnes atteintes du coronavirus continue d'augmenter. 

Enfin, Reporters Sans frontières publie son classement mondial de la liberté de la presse 2020. La crise sanitaire liée au coronavirus a amplifié la pression sur les journalistes en Afrique. Nous dresserons le bilan sur le continent avec Arnaud Froger, responsable du bureau Afrique de RSF. 

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.