Accéder au contenu principal
L'Entretien

Denis Sassou-Nguesso : "Nous avons observé une remontée de l'épidémie de Covid-19 au Congo"

Le président de la République du Congo, Denis Sassou-Nguesso, le 7 mai 2020.
Le président de la République du Congo, Denis Sassou-Nguesso, le 7 mai 2020. © FRANCE 24

Dans un entretien exclusif accordé à France 24 et RFI, le président de la République du Congo, Denis Sassou-Nguesso, revient sur la pandémie de Covid-19 dans son pays, ainsi que sur le traitement controversé mis au point à Madagascar, issu de la pharmacopée traditionnelle que le Congo compte utiliser. Il s'exprime également sur les conséquences économiques de la crise sanitaire et demande jusqu’à "500 millions de dollars" d'aide du FMI. Enfin, il exclut de libérer les opposants Jean-Marie Michel Mokoko et André Okombi Salissa pour raisons sanitaires et humanitaires.

Publicité

"Après trente jours de confinement, nous avons observé une remontée de l'épidémie", déclare le président de la République du Congo, Denis Sassou-Nguesso, dans un entretien exclusif accordé à France 24 et RFI depuis Brazzaville, la capitale. Le Congo enregistre désormais 10 décès, "dont deux médecins", et un peu plus de 260 cas ont officiellement été détectés.

"Nous pensons que l'épidémie est encore là", affirme le chef d'État, alors que le confinement, en vigueur depuis le 31 mars 2020 et qui devrait se terminer fin avril, est désormais prolongé jusqu'au 15 mai.

Interrogé sur le traitement controversé contre le Covid-19 issu de la pharmacopée traditionnelle, qui a été mis au point à Madagascar et que le Congo compte essayer sur son territoire, Denis Sassou-Nguesso explique que des vies sont en jeu. "Nous pensons que tous les essais qui sont faits ailleurs et qui ont donné quelques signes d'efficacité […], nous devons les essayer nous aussi pour tenter de sauver des vies".

Madagascar a mis au point un traitement curatif contre le Covid-19 à base d'artemisia, une plante, qui est actuellement vanté dans plusieurs pays d'Afrique de l'ouest et du centre, malgré les mises en garde de l'OMS, qui recommande des essais cliniques rigoureux.

"Aucun sou n'a été détourné"

Concernant la situation économique de son pays, ébranlé par la crise sanitaire et l'effondrement des prix du pétrole, le chef d'État se veut rassurant. "Nous avons confiance […], nous ne croyons pas à un effondrement de l'économie congolaise".

"La dette du Congo a été restructurée, avec l'appui de la Chine. Nos négociations avec les traders [pétroliers] vont dans la bonne direction", assure-t-il, ajoutant que le pays demande au FMI une aide allant "de 300 à 500 millions de dollars".

Alors que l'ONG "Publiez Ce Que Vous Payez", alerte dans un rapport publié mercredi 6 mai sur les travaux à l'arrêt de 69 projets de santé du Congo-Brazzaville, Denis Sassou-Nguesso balaie ces critiques : "Tout ceci est faux, aucun sou n'a été détourné […]. Tous les chantiers ont été suspendus à cause de l'effondrement des cours du pétrole, mais nous avons bon espoir de les relancer".

Enfin, interrogé sur une éventuelle libération de prisonniers politiques pendant la pandémie de Covid-19, et notamment des deux opposants Jean-Marie Michel Mokoko et André Okombi Salissa, le président congolais affirme "qu'il n'y a pas de raison" de les libérer, surtout que "365" détenus ont déjà été remis en liberté, afin de désengorger les prisons.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.