Accéder au contenu principal
Série 5/5

Présidentielle en Côte d'Ivoire : Bouaké, fief des ex-rebelles en quête de renaissance

Pour le dernier épisode de notre série consacrée à la Côte d'Ivoire, France 24 vous emmène à Bouaké, deuxième ville du pays.
Pour le dernier épisode de notre série consacrée à la Côte d'Ivoire, France 24 vous emmène à Bouaké, deuxième ville du pays. © Capture d'écran France 24
Texte par : Thaïs BROUCK
4 mn

Cette semaine, France 24 vous fait voyager à travers la Côte d'Ivoire. Alors que les Ivoiriens s'apprêtent à choisir leur président le 31 octobre prochain, notre correspondant Thaïs Brouck a sillonné le pays pour rencontrer des anonymes et comprendre leurs attentes avant un scrutin déterminant pour leur avenir. Après Yamoussoukro, Gagnoa, Daloa et Korhogo, il vous emmène cette fois-ci à Bouaké, la deuxième ville du pays.

Publicité

Capitale historique des Baoulés, l'une des principales ethnies du pays, Bouaké est une ville d'un million et demi d'habitants située en plein cœur de la Côte d'Ivoire et à la confluence des routes vers le Mali et le Burkina Faso.

Occupée par les Forces nouvelles, une coalition de mouvements rebelles, de 2002 à 2010, Bouaké a du mal à se départir de son image de capitale de la rébellion. Dix ans après la crise post-électorale, les stigmates de la guerre sont encore visibles.

Mais la ville, à l'instar de ses habitants, veut tirer un trait sur ce passé douloureux. Les travaux de rénovations se multiplient : un nouveau stade, des marchés, de nouveaux logements. Et beaucoup d'habitants s'accrochent à l'espoir d'une réconciliation nationale.

 

>> À revoir :

Épisode 1 : Yamoussoukro, la capitale désertée qui aspire au changement

Épisode 2 : Gagnoa, ville natale de l'ex-président Laurent Gbagbo

Épisode 3 : Daloa, point de départ de nombreux candidats à l'exil

Épisode 4 : Korhogo, la "capitale du Nord"

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.