Accéder au contenu principal
Portrait (4/4)

Présidentielle en Côte d'Ivoire : Henri Konan Bédié, un vétéran de la politique ivoirienne

L'ex-président Henri Konan Bédié (1993-1999) est candidat à l'élection présidentielle du 31 octobre en Côte d'Ivoire.
L'ex-président Henri Konan Bédié (1993-1999) est candidat à l'élection présidentielle du 31 octobre en Côte d'Ivoire. © capture d'écran France 24
Texte par : Thaïs BROUCK | Sam BRADPIECE
4 mn

Ils sont quatre candidats à vouloir briguer la fonction suprême en Côte d'Ivoire. Parmi eux, Henri Konan Bédié, ex-président et candidat du PDCI, une des figures de l'opposition au chef d'État sortant Alassane Ouattara. Portrait de celui qui est surnommé en Côte d'Ivoire, "le sphinx de Daoukro".

Publicité

Cette élection pourrait être son dernier combat. À 86 ans, Henri Konan Bédié a été investi par son parti, le PDCI, le 12 septembre 2020. Devant des milliers de ses partisans, l'ex-président semblait avoir retrouvé une seconde jeunesse.

Au cours de son discours d'investiture, il avait affirmé s'engager "à mettre en place un gouvernement de large ouverture" et "au retour sans conditions de tous les exilés". Un appel du pied aux leaders de l'opposition, Laurent Gbagbo et Guillaume Soro, dont les candidatures n'ont pas été validées par la commission électorale indépendante (CEI).

Un mois après son entrée en campagne fracassante, le "sphinx de Daoukro" n'est pas parvenu à unir toute l'opposition autour de sa candidature. Il appelle désormais à la désobéissance civile dans un bras de fer avec Alassane Ouattara, le président sortant, considérant que son troisième mandat est illégal.

>> À voir : Présidentielle en Côte d'Ivoire, l'édition spéciale du Journal de l'Afrique

Déposé par un putsch en 1999, l'ex-président (1993-1999) veut prendre sa revanche. Depuis 2010, il soutient  Alassane Ouattara, mais a quitté la coalition au pouvoir en 2018, afin que le PDCI présente son propre candidat.

Alors que la campagne électorale se termine ce jeudi à minuit, l'affrontement entre les adversaires de 30 ans n'a pas vraiment eu lieu, le PDCI et son leader ayant largement boycotté la campagne. "Le PDCI aurait quand même pu manœuvrer pour avoir l'opposition autour de lui" affirme à France24 l'analyste politique Sylvain N'Guessan, ajoutant "je pense que le plus grand perdant de ce boycott c'est le PDCI et M. Henri Konan Bédié".

Le PDCI appelle maintenant à une médiation internationale pour prévenir une nouvelle crise électorale en Côte d'Ivoire.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.