Accéder au contenu principal

Mali : attaque meurtrière contre les Casques bleus de la Minusma dans la région de Tombouctou

Des casques bleus de la Minusma  patrouillent à pied dans les rues de Gao, le 24 juillet 2019.
Des casques bleus de la Minusma patrouillent à pied dans les rues de Gao, le 24 juillet 2019. © Souleymane Ag Anara, AFP (archives)
3 mn

Trois Casques bleus ivoiriens ont été tués et quatre ont été blessés mercredi, dans dans une attaque jihadiste contre leur convoi dans la région de Tombouctou. Cette nouvelle attaque est survenue le jour d'une réunion trimestrielle du Conseil de sécurité sur le Mali et l'avancée du processus de paix.

Publicité

Trois Casques bleus ivoiriens de la Mission de l'ONU au Mali (Minusma) ont été tués, mercredi 13 janvier, dans une attaque jihadiste contre leur convoi, ont annoncé le gouvernement et l'armée ivoiriens, confirmant les informations données plus tôt par des sources onusiennes et malienne.

L'attaque est survenue au nord de Bambara Maoudé, sur l'axe entre Douentza (centre) et Tombouctou (nord-ouest), dans une région qui est l'un des foyers de la violence polymorphe qui ensanglante le Sahel.

"Aux environs de 12 h 30 GMT, un détachement de Casques bleus ivoiriens de Minusma a été l'objet d'une attaque de groupe armé terroriste à 95 km environ au sud de Tombouctou. Celle-ci a consisté en l'emploi d'un engin explosif improvisé (IED), au contact duquel un des véhicules blindés a explosé, et de tirs directs", a déclaré le chef d'état-major général ivoirien, Lassina Doumbia, dans un communiqué.

Opération la plus meurtrière

"Pour l'heure, le bilan fait état de trois Casques bleus ivoiriens tués et de quatre autres blessés", a indiqué le général Doumbia. "Des renforts aériens constitués d'hélicoptères d'attaque et d'aéronefs médicalisés ont été immédiatement déployés sur le terrain" pour ratisser la zone et "évacuer les blessés", a-t-il précisé.

Le Premier ministre et ministre de la Défense ivoirien, Hamed Bakayoko, "réaffirme la détermination du gouvernement ivoirien à œuvrer dans le cadre de la Minusma à la restauration de la paix et de la stabilité au Mali", dans un communiqué séparé qui confirme le bilan de trois morts.

L'opération de l'ONU au Mali est la plus meurtrière pour les Casques bleus des missions menées dans le monde par les Nations unies. La nouvelle attaque est survenue le jour d'une réunion trimestrielle du Conseil de sécurité sur le Mali et l'avancée du processus de paix.

Dans son dernier rapport, le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, s'était dit préoccupé par la détérioration de la situation sécuritaire au Mali. Au cours des trois derniers mois, "la situation en matière de sécurité a continué de se détériorer […] en particulier dans le centre [du pays]", relevait-il dans ce document.

La Minusma compte actuellement environ 14 500 militaires et policiers déployés au Mali.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.