Mali : le journaliste français Olivier Dubois enlevé par un groupe jihadiste à Gao

Le journaliste français Olivier Dubois.
Le journaliste français Olivier Dubois. © Capture Réseaux sociaux

Le journaliste français Olivier Dubois, collaborateur de différents médias, affirme dans une vidéo diffusée mercredi sur les réseaux sociaux, avoir été enlevé le 8 avril à Gao, dans le nord du Mali, par le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans, branche locale d'Al-Qaïda, et appelle les autorités françaises à l'aide.

Publicité

"C'est une vidéo de 21 secondes que l'on peut qualifier de 'sauvage', elle n'est pas validée par un groupe terroriste. Je l'ai reçue à l'aube", explique Wassim Nasr, spécialistes des mouvements jihadistes pour France 24. "Olivier Dubois donne son identité et confirme son statut d'otage", ajoute Wassim Nasr, en expliquant que ce journaliste devait interviewer à Gao un commandant jihadiste local. 

Pour lui, "cette vidéo lève le doute" sur le statut du journaliste après une période de flou car la situation d'Oliver Dubois était confuse. "On ne savait pas s'il était en train de rencontrer d'autres chefs jihadistes ou s'il avait un statut d'otage". "Il a été piégé", affirme Wassim Nasr. 

Dans la vidéo, le journaliste affirme être dans les mains du Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM), une alliance de groupes jihadistes affiliée à Al-Qaïda. Il demande à ses proches, à sa famille et aux autorités françaises de faire "tout ce qui est en leur pouvoir" pour obtenir sa libération. 

Une enquête antiterroriste ouverte en France

"Je peux vous confirmer la disparition au Mali du journaliste Olivier Dubois et je veux immédiatement adresser mes pensées à lui, à ses proches et à l'ensemble des rédactions avec lesquelles il a l'habitude de travailler", a réagi à Paris le porte-parole du gouvernement français, Gabriel Attal.

Une enquête préliminaire pour "enlèvement en bande organisée" et "en relation avec une entreprise terroriste" a par ailleurs été ouverte mercredi soir,  a appris l'AFP auprès du parquet national antiterroriste (Pnat), confirmant une information du Monde

Sur les images, le journaliste est assis par terre, les jambes croisées sur une toile de couleur verte, dans ce qui semble être une tente. Il est vêtu d'un costume traditionnel rose clair, la barbe bien taillée, regarde fixement la caméra et s'exprime d'une voix ferme. Les mouvements de ses doigts et d'une jambe semblent néanmoins traduire une certaine nervosité.   

Le correspondant de Libération au Mali

"Olivier Dubois était en reportage à Gao au Mali. Le 8 avril, il n'est pas rentré à son hôtel après le déjeuner. Ce journaliste aguerri qui travaille habituellement pour Le Point Afrique et Libération connaissait bien cette région très dangereuse", a réagi sur Twitter le secrétaire général de Reporters sans frontières (RSF), Christophe Deloire.

Le quotidien Libération a publié un article intitulé "Notre correspondant Olivier Dubois otage au Mali" dans lequel il explique que ce journaliste "vit au Mali depuis six ans, un pays qu’il aime et qu’il connaît bien."

"Il collaborait en tant que pigiste avec Libé depuis l’an dernier. Pour le journal, il a notamment couvert la révolte populaire qui a secoué Bamako cet été, le coup d’Etat du 18 août, le conflit intercommunautaire au pays Dogon, dans le centre du Mali, et la libération des otages Sophie Pétronin et Soumaïla Cissé"; ajoute le quotidien français. Avant de conclure : "Olivier se retrouve aujourd’hui de l’autre côté du miroir, lui-même captif. Aux mains de ce groupe jihadiste qui a prêté allégeance à Al-Qaïda et a fait des enlèvements sa spécialité". 

Libération donne des détails sur la mission d'Olivier Dubois à Gao. "L'homme qu’il voulait rencontrer, Abdallah Ag Albakaye, est un lieutenant de l’organisation islamiste armée, intermédiaire dans la hiérarchie, actif dans la zone de Talataye. Libération avait néanmoins refusé l’interview. Trop risquée". Selon le journal, l'alerte de sa disparition a été donnée le 10 avril à l'ambassade de France. 

Un nouvel otage français au Sahel

Il n'y avait plus de Français otage dans le monde depuis la libération en octobre 2020 de Sophie Pétronin, une septuagénaire enlevée près de 4 ans plus tôt, par des hommes armés, à Gao également, où elle vivait et dirigeait depuis des années une organisation d'aide à l'enfance.

Sophie Pétronin avait été libérée en même temps que l'homme politique malien Soumaïla Cissé, décédé depuis, et que deux Italiens, Nicola Chiacchio et Pier Luigi Maccalli, également enlevés par des jihadistes. Malgré des conjectures persistantes, le gouvernement malien n'a jamais confirmé le paiement d'une rançon, en plus de la libération de 200 prisonniers, dont un certain nombre de jihadistes, contre la liberté de ces quatre otages.

En octobre 2020, la Suisse avait été informée que le GSIM avait exécuté Béatrice Stöckli, une missionnaire évangélique, qui avait été enlevée en janvier 2016 à Tombouctou. En mars dernier, le ministère suisse des Affaires étrangères avait indiqué que son corps avait pu être retrouvé et formellement identifié.

Le Mali est en proie depuis 2012 à une poussée jihadiste partie du Nord, qui a plongé le pays dans une crise sécuritaire et s'est étendue au centre du pays. Les violences se sont également propagées au Burkina Faso et au Niger voisins. Les attaques - jihadistes, intercommunautaires ou autres - ont fait des milliers de morts et des centaines de milliers de déplacés, malgré l'intervention des forces de l'ONU, française et africaines.

Avec AFP et Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Emportez l'actualité internationale partout avec vous ! Téléchargez l'application France 24