Madagascar frappé par la première famine due au réchauffement climatique, selon l’ONU

Une femme s'approvisionne en eau dans une flaque dans la commune de Tsihombe, à Madagascar, le 2 mai 2021.
Une femme s'approvisionne en eau dans une flaque dans la commune de Tsihombe, à Madagascar, le 2 mai 2021. © Viviane Rakotoarivony/UN Handout via Reuters

À Madagascar, la famine menace 400 000 personnes, parfois forcées de manger des criquets, des feuilles de cactus et même de la boue, a alerté vendredi un responsable de l'ONU, en soulignant qu'il s'agit du premier pays au monde à expérimenter la faim due à la crise du réchauffement de la planète. 

Publicité

La famine à Madagascar fait des ravages avec 400 000 personnes exposées à un risque immédiat de famine, a prévenu, vendredi 25 juin, le patron du Programme alimentaire mondial (PAM) dans le pays, David Beasley. "Si nous n'agissons pas au plus vite, le nombre de personnes confrontées à la famine atteindra 500 000 dans quelques mois" a-t-il prévenu dans un tweet. 

Vendredi, la directrice régionale du PAM pour le sud de l'Afrique, Lola Castro, qui a accompagné David Beasley dans un récent voyage sur place, a évoqué une "situation très dramatique", lors d'un entretien par vidéo avec des journalistes à New York. "Le pire est à venir", a-t-elle prédit. 

"Nous avons des gens au bord de la famine et il n'y a pas de conflit. Il y a juste le changement climatique avec ses pires effets qui les affecte gravement", a-t-elle ajouté, jugeant une "action rapide plus que nécessaire" de la communauté internationale. "Ces gens n'ont contribué en rien au changement climatique et ils en prennent l'entier fardeau à l'heure actuelle", s'est-elle insurgée, en citant David Beasley.

L'emprise de la famine est particulièrement importante dans le sud du pays. Il y a plus d'un mois, l'ONU avait déjà alerté sur une famine en progression mettant à risque plus d'un million de personnes. 

L'île de l'océan Indien reste difficilement accessible à l'aide comme aux médias, en raison de la pandémie de Covid-19 et des restrictions qui l'accompagnent. Les agences humanitaires peinent aussi à sensibiliser sur la tragédie, alors que les fonds manquent pour apporter suffisamment d'aide. 

Avec AFP 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine