En Tunisie, inquiétudes après l'arrestation de plusieurs députés critiques du président Saïed

Un membre des forces de sécurité tunisiennes monte la garde devant le siège du parlement, à Tunis le 31 juillet 2021.
Un membre des forces de sécurité tunisiennes monte la garde devant le siège du parlement, à Tunis le 31 juillet 2021. © Fethi Belaid, AFP

Alors que deux nouveaux députés hostiles au président tunisien Kais Saïed ont été arrêtés dans la nuit de samedi à dimanche en Tunisie, plusieurs observateurs expriment leur inquiétude, dimanche, quant à une éventuelle dérive autoritaire du président.

Publicité

Un poste de Premier ministre toujours vacant, des arrestations de députés critiques envers le président... Une semaine après la prise de pouvoir de Kaïs Saïed en Tunisie, la crainte d'une dérive autoritaire a poussé certains observateurs à exprimer leur inquiétude, dimanche 1er août.

Alors que plusieurs arrestations ont fait polémique ces trois derniers jours, deux députés du mouvement islamo-nationaliste Al-Karama, un parti ultraconservateur allié d'Ennahdha, ont été arrêtés dans la nuit de samedi à dimanche.

Kaïs Saïed s'est octroyé les pleins pouvoirs le 25 juillet et a suspendu le Parlement, en affirmant vouloir "sauver" ce petit pays du Maghreb, rongé par des mois de blocages politiques et un nouveau pic meurtrier de Covid-19.

En instaurant ce régime d'exception, dénoncé par ses adversaires du parti Ennahdha comme un "coup d'État", Kaïs Saïed a également levé l'immunité parlementaire des députés.

Deux députés en détention provisoire

Maher Zid et Mohamed Affes sont en détention provisoire dans le cadre d'une "enquête de la justice militaire", a expliqué sur Facebook le chef d'Al-Karama, Seifeddine Makhlouf.

Selon cet avocat très hostile au président Saïed, les deux députés et lui-même sont poursuivis dans une affaire liée à une altercation survenue en mars à l'aéroport de Tunis. Ils sont soupçonnés d'avoir insulté des agents de la police des frontières qui avaient interdit à une femme de voyager.

Contacté par l'AFP, le parquet était injoignable. Aucune précision de la justice militaire n'a été publiée.

Al-Karama compte parmi les partis qui dénoncent un "coup d'État" de la part du président Saïed.

Vendredi, un député indépendant, Yassine Ayari, qui dénonçait aussi un "coup d'État militaire", a été arrêté en application d'une condamnation à deux mois de prison, prononcée fin 2018, pour avoir critiqué l'armée, selon la justice militaire tunisienne. Son incarcération a suscité l'inquiétude d'ONG comme Human Rights Watch et Amnesty International.

"Glissement vers le règlement de compte politique"

Face à ces arrestations, le parti Harak de l'ex-président de la République Moncef Marzouki a fait part dans un communiqué de sa "profonde inquiétude". Cette formation, qui n'est pas alliée à Ennahdha à l'Assemblée, a condamné un "glissement vers le règlement de compte politique et la répression des libertés, au contraire des assurances données par le chef de l'État." 

Face aux inquiétudes de voir le berceau des Printemps arabes régresser vers l'autoritarisme, le président Saïed a assuré vendredi qu'il n'y a "pas de peur à avoir" concernant les libertés et les droits en Tunisie.

Citant l'ex-président français Charles de Gaulle, il a assuré ne plus être en âge de devenir un dictateur. Selon lui, les arrestations ne concernent que des personnes déjà poursuivies par la justice.

La communauté internationale se montre toutefois de plus en plus préoccupée. Samedi, les États-Unis ont exhorté la Tunisie à rapidement reprendre "la voie de la démocratie".

Une chanson à la gloire du président suscite des inquiétudes

Certains observateurs commencent à douter de la ligne de crête suivie par Kaïs Saied pour sortir la Tunisie de l'ornière. Les récentes arrestations "représentent une faute stratégique" et "ne sont pas conformes au discours du président", a réagi auprès de l'AFP le politologue Slaheddine Jourchi.

"Tout le monde s'attendait à ce qu'il commence par les dossiers dangereux de la corruption et par mener une bataille directe contre des parties connus, mais ces premières arrestations ont concerné des opposants", observe-t-il.

Dimanche, la publication sur les réseaux sociaux d'une chanson à la gloire du président par sa directrice de cabinet a également suscité des inquiétudes. Certains internautes tunisiens ont dénoncé une propagande rappelant le régime de l'ex-dictateur Zine El Abidine Ben Ali.

Imperméable à ces critiques, le président Saied, qui jouit toujours d'une très forte popularité après son élection avec plus de 70 % des voix en 2019, s'est offert un bain de foule dimanche à Tunis.

Avec AFP      

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine