Attaque "terroriste" au Niger : 15 militaires tués et six portés disparus

Des soldats nigériens patrouillent dans le désert d'Iferouane  le 12 février 2020.
Des soldats nigériens patrouillent dans le désert d'Iferouane le 12 février 2020. © Souleymane Ag Anara, AFP

Des forces de sécurité ont été prises dans une "embuscade tendue par des groupes armés terroristes", samedi dans le sud-ouest du Niger, près de la frontière burkinabè, et les militaires nigériens venus à leur rescousse sont tombés sur un engin explosif. Au total, 15 militaires ont perdu la vie, sept ont été blessés et six sont portés disparus.

Publicité

Quinze militaires nigériens ont été tués samedi et six autres sont "portés disparus", après une attaque "terroriste" dans le département de Torodi (sud-ouest) proche du Burkina Faso, a annoncé dimanche 1er août le ministère de la Défense du Niger.

Le ministère a expliqué que les forces de sécurité qui étaient en mission de ravitaillement avaient d'abord été prises dans une "embuscade tendue par des groupes armés terroristes" avant que les militaires tentant d'évacuer les blessés ne tombent "sur un engin explosif improvisé".

Le bilan total de cette attaque qui s'est produite samedi vers 10 h GMT est de "15 militaires décédés, 7 blessés, 6 portés disparus", précise le communiqué. "Un large ratissage de la zone" par des forces terrestres "appuyées par l'aviation militaire" a été engagé afin "de mettre la main sur les terroristes", poursuit le texte.

Les attaques de civils se multiplient

Le département de Torodi est situé dans le sud-ouest de la région de Tillabéri qui se trouve dans la zone dite des "trois frontières" entre le Niger, le Burkina Faso et le Mali. Cette zone est le théâtre de fréquentes attaques de groupes jihadistes sahéliens dont l'État islamique au Grand Sahara (EIGS) et le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM, affilié à Al-Qaïda).

Les attaques des jihadistes présumés ciblent de plus en plus les civils dans région de Tillabéri, un vaste espace aride et enclavé. Trente-trois villageois ont été tués dans deux attaques distinctes, dimanche dernier et mercredi, plus au nord, près de la frontière malienne.

Un contingent de 1 200 soldats de l'armée tchadienne, réputée la plus aguerrie de la région, a été déployé dans la zone des trois frontières, dans le cadre de la force multinationale antijihadiste du "G5 Sahel" regroupant cinq pays (Mauritanie, Mali, Burkina, Niger, Tchad).

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine