Accéder au contenu principal
Cap Amériques

Tuerie de Montréal : 30 ans après, les motivations antiféministes reconnues

INSIDE THE AMERICAS
INSIDE THE AMERICAS FRANCE 24

Il y a 30 ans, au Canada, le premier féminicide de masse frappait Montréal. Le 6 décembre 1989, Marc Lépine, de son vrai nom Gamil Gharbi, investit les locaux de l'école Polytechnique avec une arme semi-automatique et abat 14 femmes, avant de se donner la mort. Malgré les revendications exprimées par le tueur avant son passage à l'acte, le caractère anti-féministe de la tuerie est ignoré. Reportage à Montréal de notre correspondant, François Rihouay. 

Publicité

A la une également cette semaine, cette séquence capturée par la chaîne canadienne CBC : quelques secondes filmées lors d'une réception organisée à Buckingham Palace. On y aperçoit les Premiers ministres canadiens, britanniques et néerlandais, autour du président français Emmanuel Macron. Un verre à la main, les 4 hommes, semblent se moquer du président américain Donald Trump lors du sommet de l'OTAN. La vidéo a fait le tour des réseaux sociaux. Ceci, alors que le chef de la Maison Blanche est en train de traverser des temps troublés dans son propre pays également. Les Démocrates s'accrochent plus que jamais à leur procédure de destitution. Ils ont ouvert la voie, cette semaine, à la mise en accusation du président américain.

Enfin, c’est un pari risqué pour les Démocrates, qui viennent de voir l'une de leurs candidates à la primaire, Kamala Harris, abandonner la course. Un temps boostée dans les sondages, la sénatrice californienne a décidé de jeter l'éponge. Elle n'avait cessé, ces derniers temps, de perdre du terrain. Kamala Harris explique aussi être à court de financement.
 

NewsletterNe manquez rien de l'actualité internationale

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.