Accéder au contenu principal
Reporters

Brésil : Jair Bolsonaro, un an après

Jair Bolsonaro
Jair Bolsonaro © FRANCE 24

Depuis un an, le Brésil est dirigé par un président d’extrême-droite, Jair Bolsonaro. Lors de sa campagne électorale, cet ancien capitaine de l'armée de terre brésilienne avait promis de "changer le destin du Brésil", d’éradiquer la corruption et de redresser l’économie. Quel bilan tirer de la première année du mandat de ce dirigeant controversé, qui multiplie les déclarations à l’emporte-pièce et aime montrer sa proximité avec "son ami", Donald Trump ?

Publicité

Notre reportage débute à Rio de Janeiro, en novembre dernier, par les cérémonies du 74e anniversaire du régiment des parachutistes d’infanterie, en présence du président du Brésil Jair Bolsonaro. Une visite officielle aux allures de meeting de campagne. Lors de cet événement, force est de constater que ses plus fervents partisans lui sont toujours fidèles. Ils restent convaincus que grâce à lui, le redressement de l’économie brésilienne est en bonne voie.

Le 28 octobre 2018, cet ancien militaire remportait haut la main l'élection présidentielle face à son adversaire de gauche, Fernando Haddad. Aujourd'hui, à 64 ans, il peut toujours compter sur le soutien indéfectible d’environ un tiers de l’électorat, qui le défend même lorsque ses déclarations outrancières font la Une de la presse internationale, qu’il s’agisse des incendies en Amazonie qu’il accuse des ONG d’avoir provoqués, de moqueries sur le physique de l’épouse du président français Brigitte Macron ou sur les journalistes, "une espèce en voie de disparition".

>> À lire : "Les relations houleuses d'Emmanuel Macron et Jair Bolsonaro"

Mais ceux qui rejettent en bloc sa politique sont de plus en plus nombreux : désormais, la société brésilienne est encore plus divisée qu’elle ne l’était au moment de la campagne présidentielle.

Lors de notre reportage, nous avons pu passer deux jours en immersion au Congrès brésilien, aux côtés de députés de la majorité et de l’opposition. Si Jair Bolsonaro est parvenu à faire adopter la réforme des retraites après les échecs de ses prédécesseurs, ses projets de lois les plus radicaux comme la libéralisation du port d’armes ont été bloqués par le Sénat ou la Cour suprême, qui jouent le rôle de contre-pouvoirs.

>> À lire : "Lula accable Bolsonaro et s'exprime sur la situation en Amérique latine"

Autre contre-pouvoir : celui des étudiants, qui sont massivement descendus dans la rue en mai et en juin dernier contre les coupes budgétaires visant les universités fédérales annoncées par le gouvernement. Nous avons rencontré plusieurs membres du monde universitaire, devenu le fer de lance de la contestation contre le président d’extrême-droite, qui estime quant à lui que les facultés publiques sont gangrénées par l’idéologie marxiste. Avec l’appui d’un gouvernement ultra-conservateur, il entend bien mener une contre-révolution culturelle au Brésil dans les années à venir. 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.